Trier ses photos. Une méthode efficace pour l’editing.

Le mot “editing“, que connaissent bien les photographes et que je vous encourage à employer dès maintenant s’apparente à ce qu’on appelle un faux-amis. Les faux-amis ce sont ces mots qui ressemblent à un mot français mais n’en ont pas le même sens. Character veut dire “personnage” et non “caractère”, actually veut dire “en fait” et non “actuellement”, hazard veut dire “danger” et non “hasard”, etc. Editing va prendre le sens de “trier” en photo. Ça n’a rien à voir avec l’ “édition” qui consiste à publier et diffuser un ouvrage.

C’est long…

L’editing est typiquement le genre de tâche qu’on remet à demain, à ce week-end, à la semaine prochaine, à plus tard, à cet hiver quand il fera moche… Oui, pour beaucoup d’entre nous, trier est ennuyeux et rébarbatif… Cela dit, il doit faire partie intégrante de votre flux de travail photographique. L’objectif c’est quand même de montrer vos photos et de prendre plaisir à les regarder vous-même n’est-ce pas? Est-ce que vous prenez plaisir à regarder les 50 photos de vague que vous avez faites dont 35 sont clairement moins bonnes que les autres, et dont vous avez pratiquement 7 ou 8 fois la même dans les 15 qui restent?

J’ai fait plus de 100 photos avant d’obtenir ce cône menaçant et tourbillonnant sur l’île de Madère…

trier ses photos

Ça sert à ça de trier: Arriver à une sélection de photos que vous pourrez montrer; via un livre photo, un blog, une expo, un compte facebook, etc. Et pour celles qui restent, ce seront des photos que vous garderez pour vous dans votre ordinateur: Elles ne sont pas assez bonnes pour être diffusées, mais elles ont une valeur émotionnelle, sentimentale, ou même plus simplement une fonction de souvenir d’un moment, d’un voyage… Et votre plaisir sera décuplé plus tard quand vous n’aurez pas à vous farcir les 115 photos de vagues plus ou moins similaires avant d’arriver sur le chef-d’œuvre qui de toutes façons va vous faire oublier toutes les autres.

De la méthode

Quand vous revenez d’une sortie photo avec quelques dizaines d’images, il ne vous faudra pas beaucoup plus qu’un quart d’heure pour les trier. Là, pas de problème. En revanche, quand vous revenez de vacances avec une plus de 1000 photos (c’est ce que je prends en 10 jours de voyage en gros), l’editing devient une véritable corvée.

Ma mauvaise méthode 🙁

Elle consistait simplement à transférer toutes mes photos sur l’ordinateur et à les prendre une par une et dans l’ordre pour les juger. J’ai pris l’exemple de la vague tout à l’heure, c’est le genre de photos que je prends en rafale et à de multiples reprises car il n’y a pas 2 vagues qui se ressemblent. Du coup si j’avais le malheur d’avoir mes photos de vague en début d’editing, je commençais par passer 1 heure à comparer toutes mes photos de vagues… En 1 heure, voire plus, j’avais (parfois, pas toujours…), réussi à choisir 1 seule photo. J’en avais encore 1000 à trier après ça… Déprimant…

trier ses photos
Une double vague sur l’île de Madère

Je m’arrêtais aussi très souvent sur des photos pour lesquelles j’étais très indécis. Photo intéressante? Ou pas? Pour moi oui un peu? Mais pour les autres? Je sais pas… Voyons… Allez, je fais une petite retouche vite fait, un peu de contraste par ci, un peu d’exposition par là, un petit coup de saturation. Et si je recadrais un peu pour voir? Avec cette méthode, on n’avance pas: 1000 photos, 1000 ans de traitement 😉 Au s’cours !! C’est super décourageant et frustrant. On voit le temps déjà passé et les centaines de photos qui restent à trier… Et pour peu qu’on ait eu l’opportunité ou l’idée de refaire une ou plusieurs sortie(s) photos, on se met dans le jus pour des mois et des mois. C’est du vécu

Ma bonne méthode

Comme je ne m’en sortais pas, j’ai décidé de revoir ma façon de faire et tout a changé ! Aujourd’hui c’est devenu beaucoup moins rébarbatif, parce que j’utilise ma méthode, que je vais vous partager, décomposée en étapes. Le grand avantage, c’est que quand je me mets sur l’ordi, je sais à quelle étape j’en suis, et je sais que je vais la terminer d’ici 30 à 60 minutes. Je vais m’arrêter avec une étape terminée. Psychologiquement, c’est super, parce que j’ai le sentiment d’avoir bien avancé, contrairement à ce que je faisais avant. De plus cette méthode comprend des phases sans editing:

Ne rien faire fait partie de mon processus de tri, c’est pas génial ça?

Et oui, ce temps à ne rien faire a un sens. Vous allez comprendre (si si, puisque j’vous l’dis…).

Etape 1 : La copie

Fidèle au principe de sauvegarde (lisez cet article crucial !), je commence par transférer toutes mes photos sur ordinateur. Pour ma part j’utilise Lightroom pour le catalogage et le traitement de mes photos, je ne saurais trop vous le recommander. Il fait référence en la matière, et ce n’est pas pour rien croyez-moi.

Etape 2 : La sauvegarde

De là je lance une première sauvegarde via ce logiciel gratuit dont je vous ai déjà parlé dans l’article sur les sauvegardes: Cobian backup. Ainsi, avant de toucher ou supprimer quoi que ce soit, j’ai déjà 3 copies de mes photos: Carte SD, disque de travail (mon ordinateur), NAS (ou disque dur externe, selon votre préférence). Si je fais une boulette, je peux facilement revenir en arrière. Rien n’est définitivement perdu… Et je peux m’arrêter là pour quelques heures ou quelques jours… Cela dit, j’ai déjà fait quelque chose de bien !

Trier – étape 3 : Une première phase…

…qui va aller très vite. Je vais ici passer toutes mes photos en revue, en ne passant que quelques secondes par photo. Vous pouvez le faire sans Lightroom, mais voilà comment je procède sur ce logiciel:

Je me positionne sur la première photo. J’appuie sur “E” pour l’afficher en grand. De là, je garde un doigt sur “X”, l’autre sur “U”. “U” permet de passer à la photo suivante tout bêtement sans la marquer ou d’annuler le “X” si je me suis trompé. “X” met un drapeau noir sur la photo: Elle est rejetée. Je rejette ainsi toutes les photos qui ont un problème technique. Les photos floues, expositions foireuses et pas rattrapables, les doublons, les photos de rafale sans intérêt (avant et après l’action) et les photos de test pour réglage bénéficient de la touche “X”.

Ça va très vite ! Je ne juge pas de l’intérêt artistique de la photo ou de sa place dans un projet. Il s’agit juste de me débarrasser au plus vite de ce qui ne servira à rien parce que c’est techniquement raté. Arrivé à la dernière: “Ctrl + touche ‘retour arrière”, les photos sont supprimées. Choisissez bien l’option “Supprimer du disque”.

Un double bénéfice donc:

  1. J’allège mon dossier de ce qui ne servira pas de toutes façons. Je n’aurai plus à revenir sur ces photos
  2. J’ai effectué une première revue de mes images. Je peux ainsi voir si j’ai traité un sujet à plusieurs dates différentes. Quand j’en serai au stade de trier de manière plus poussée, je saurai que j’ai sensiblement les mêmes images à des dates différentes. Je pourrai alors les comparer pour en éliminer.

Trier – étape 4 : Les images similaires

Je m’attaque plus précisément aux photos prises en rafale et aux groupes de photos similaires. Je sélectionne tout le groupe et j’appuie sur “N” pour les voir ensemble. Là je vais appuyer sur la touche “Ctrl” et cliquer sur les meilleures photos, il ne devrait pas y en avoir beaucoup. Je peux encore en mettre quelques-unes de côté si je leur trouve un intérêt éventuel (pareil, avec Ctrl+clic). Il me reste les moins intéressantes, je n’ai qu’à les supprimer… De là je re-sélectionne les meilleures, celles sur lesquelles j’ai cliqué juste avant, et je procède de la même manière: Ctrl+clic pour garder les meilleures et supprimer celles qui sont encore à l’écran.

A la fin, quand il m’en reste très peu, je n’utilise plus la touche “N” (Ensemble), mais la touche “C” (Comparer). Lightroom n’en affiche que 2. Je peux mettre un drapeau noir ou supprimer directement celle qui me plait le moins. Avec les flèches droite et gauche on peut changer la photo comparée. Très pratique.

trier après le mode rafale

L’objectif est de ne garder qu’une seule photo par série. Si vous n’arrivez pas à vous décider, ne perdez pas trop de temps. Vous reviendrez une prochaine fois dessus avec un œil plus frais. Pour mon plaisir je peux en garder 2-3 mais je me limite à ça. Aucun intérêt d’en garder plus. L’étape 4 doit vous permettre de supprimer un gros paquet de photos, ne passez pas 15 minutes à hésiter entre quelques images. Prenez quelques jours, une semaine, et revenez pour finir de trier les images similaires.

Trier – étape 5 : Le tri final

Cette phase de l’editing est réalisée en revenant de temps en temps. Si vous hésitez sur le sort d’une photo, commencez par la garder, ne perdez pas de temps. Pour les projets je vous recommande d’utiliser les collections Lightroom. C’est tellement pratique !! J’ai entre autres projets celui qui s’appelle “Réhabilitation de la rouille”. En deux mots, de belles photos ayant pour sujet la mise en valeur d’objets rouillés. Ce projet est matérialisé sous la forme d’une collection Lightroom qui porte ce nom. Lors de ma session d’editing, si je vois une photo qui peut alimenter ce projet, je l’ajoute à la collection correspondante. Parfois je crée une nouvelle collection parce qu’une image m’a donnée une idée de projet.

Trier ses photos

Si une photo présente des imperfections mais qu’elle vous parle pour l’instant, gardez-là !!

Au fil des jours et des semaines, votre regard va changer, s’affûter. Vous serez de moins en moins pris par le côté “affectif” et de plus en plus par le côté artistique et créatif. Il m’arrive souvent de me dire à ce stade:

“Mais pourquoi j’ai gardé cette photo ? Objectivement elle ne raconte rien, elle n’est pas particulièrement esthétique. Elle tire mon œuvre artistique vers le bas. Allez, du balais…”. Bon je ne me dis pas ça mot pour mot hein 😉 mais c’est le ressenti du moment. Et vous le ressentirez vous aussi.

Trier – étape 6 : La hiérarchisation

Quand j’ai mis au point cette méthode, l’étape 6 consistait à mettre des étoiles dans Lightroom pour hiérarchiser mes meilleures photos. D’autres logiciels ont un système de note. Peu importe, voyez ce qui vous permet de les noter.

Le problème, c’est qu’entre 2 et 3 étoiles ou entre 3 et 4, c’est pas facile de se décider, et ça me prenait du temps. J’ai modifié cette étape pour la rendre plus simple: Je n’ai plus maintenant que des photos techniquement bonnes, pratiquement sans doublon, et qui ont un intérêt potentiel. Je les sélectionne toutes (Ctrl+A), et je leur attribue la note moyenne avec la touche “3”. Elles ont alors toutes, à ce stade, 3 étoiles sur 5.

trier avec étoiles

Il est alors beaucoup plus facile de passer toutes les photos en revue et d’ajuster: Enlever 1 ou 2 étoiles, en rajouter 1…

Mettre 5 étoiles est facile. On voit très vite si une photo est exceptionnelle et devra absolument faire partie de l’élite pour l’impression dans le livre photo, l’expo photo, l’intégration dans un book, ou encore sur votre site. Encore une fois, je vais sur la première photo, j’appuie sur “E” pour l’avoir en grand, voire “F” pour me mettre en plein écran (je prèfere E perso…). J’ajuste le nombre d’étoiles avec les chiffres du clavier: 1, 2, 3, 4, 5. Ne feront partie du projet que les photos notées 4 et 5.

Très souvent des photos classées 3 étoiles passeront en 4 étoiles après le traitement (section Développement dans Lightroom).

L’étape 6 doit se faire en plusieurs sessions. Laissez passer du temps: Plusieurs jours, plusieurs semaines, comme bon vous semble !! C’est vous le chef de vous-même… C’est une étape importante, car c’est celle qui détermine ce que vous allez montrer !!

Le mot de la fin

Vous pouvez vous inspirer de ma méthode, la copier, ou ne rien faire 😉 Toujours est-il qu’elle a rendu mon travail d’editing bien plus agréable et efficace pour ces trois raisons:

  • Procéder par étapes me donne le sentiment d‘avancer plus vite
  • Elle me donne le temps de la réflexion
  • Elle me permet, contrairement à la méthode linéaire, de revenir voir plusieurs fois mes photos. A chaque visite mon regard a changé, s’est affûté, et j’en viens à avoir une vision globale de ce que je veux montrer.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de prendre le temps et de prendre du recul par rapport à vos photos. C’est ainsi que vous obtiendrez la meilleure vision, la meilleure constitution de votre projet.

Si vous débutez, ce sera sans doute difficile pour vous dans les premiers temps de supprimer certaines de vos images. Rassurez-vous, ça vous passera ! 😉 Avec la maturité photographique que vous allez acquérir, vous vous rendrez compte qu’une photo sans plus d’intérêt que ça ne fait qu’alourdir inutilement vos dossiers et vous n’aurez en conséquence aucun scrupule à éliminer une image qui ne met pas en valeur vos talents !!

C’est à vous maintenant, dites-moi en commentaire comment vous procédez au tri de vos photos et si vous comptez changer votre façon de faire. Et partagez l’article !

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire