Photo de nuit. Les techniques pour réussir.

Oui parce que pour les mauvaises techniques c’est facile: Mode automatique, flash, et hop c’est mauvais du premier coup !! 😉 La photo de nuit est plus exigeante que ça, mais le résultat en vaut vraiment la peine.

Autant en journée, pour peu que le ciel soit un peu nuageux, ce qui diminuera la dynamique de l’image, on peut produire des photos intéressantes pour peu qu’on ait cherché un cadrage et une composition qui sortent des sentiers battus ou qu’on raconte quelque chose.

En photo de nuit, c’est pas la même les amis !! On voit tout de suite qui a pris le temps de régler son appareil ou pas, de choisir son heure, son cadrage, etc.

Les photos de nuit ne mentent pas !

photo de nuit

C’est vraiment un domaine où vous pourrez exprimer votre créativité. Vos photos pourront profiter des rues désertes, de l’atmosphère particulière de la nuit. C’est là qu’on manque le plus de lumière, et c’est là qu’elle prend toute son ampleur.

Matériel pour la photo de nuit

J’en parle souvent, mais c’est tellement pratique que je vous fais les gros yeux si vous n’en avez pas encore: Le trépied. Mais achetez un trépied nom de nom !!!! Un article complet pour bien choisir à lire ici.

A défaut vous allez bricoler et risquer de faire tomber votre matos à quasi 1000€ (ou plus pour certains), en le posant sur le toit d’une voiture ou un élément urbain quelconque, vous allez le rayer sur un muret ou en le posant en vrac par terre, etc… Tout ça pour économiser une poignée d’euros? Sérieusement… Un trépied c’est fait pour ça !! Et que dire de la facilité pour mettre et enlever un filtre, brancher la télécommande, avoir les mains libres quoi. Aujourd’hui vous avez du bon matos pour pas cher.

La télécommande n’est pas un luxe, d’autant plus qu’on peut s’en procurer à moins de 5€ quand on cherche un peu… La mienne m’a coûté très exactement 3,53€ pour mon Panasonic… La précédente, pour un reflex Canon, 1,01€… Basiques, mais pas besoin de plus ! Demandez-moi par mail, je vous dirai où je les achète.

Je ne saurais également trop vous conseiller de glisser dans une poche une deuxième batterie. La nuit on se sert beaucoup de l’écran et les poses longues vont consommer du carburant. Ça ne coûte rien, ça ne pèse rien, aucune raison de ne pas la prendre… Alors mettez-la sur votre check-list !

Photo de nuit: Un genre plus technique…

…que la photo de jour. Je l’ai déjà dit (je suis pas vieux pourtant, mais je me répète déjà 🙂 ). En nuit, vous aurez des contraintes en plus qu’il va falloir contourner. Mais c’est très bien, c’est formateur !!

  • Une luminosité plus faible (sans blague, j’ai trouvé ça tout seul ???): Ça veut dire d’une part une exposition plus difficile à gérer (on va voir ça), mais également, parfois, une mise au point plus difficile.
  • De forts contrastes entre les éclairages et le fond très sombre. Si vous ne maitrisez pas bien la mesure de luminosité, vous risquez de passer à côté du résultat escompté.
  • Des couleurs inattendues si on laisse l’appareil se débrouiller tout seul.

L’exposition

L’exposition, encore et toujours… Si vous n’avez pas les bases, suivez les liens (les mots en vert). Chaque paramètre va nous apporter quelque chose qu’on veut, mais aussi quelque chose qu’on ne veut peut-être pas… Voyons ça:

L’ouverture

C’est bien d’ouvrir grand, ça apporte un maximum de lumière, et en photo de nuit on n’en a jamais assez. Sauf que, comme expliqué dans l‘article dédié à l’ouverture, la profondeur de champ diminue, avec pour conséquence que vous aurez forcément des zones floues dans votre photo. Si c’est ce que vous cherchez, très bien, mais si vous voulez une photo nette partout, c’est mal parti…

Les ISO

La sensibilité ISO a la bonne idée de rendre le capteur plus sensible à la lumière, mais a pour inconvénient de produire, à partir d’un certain niveau de réglage (différent suivant les boitiers), du bruit numérique (les petits points dans les zones sombres). En photo de nuit, des zones sombres, vous risquez d’en avoir un paquet. Si l’aspect légèrement granuleux vous déplait: Mollo sur les ISO !! Déjà que la pose longue que vous allez parfois faire aura tendance à générer un peu de bruit, autant ne pas en rajouter plus qu’il n’en faut.

Le temps d’exposition, la vitesse d’obturation

Le voilà votre vrai copain pour la photo de nuit. En jouant sur ce paramètre, vous pourrez optimiser les deux autres pour qu’ils ne vous embêtent pas. Jouer sur la vitesse d’obturation vous permettra, outre le fait d’obtenir une photo nette, ce que les autres paramètres ne vous garantissent pas, d’obtenir des effets qui feront pousser quelques “WHAOOOW” admiratifs à votre entourage.

Comment procéder au final?

J’ai refait quelques photos de nuit avant de me mettre au travail pour cet article, histoire d’avoir les bonnes informations, bien fraîches dans mon esprit de rédacteur. J’ai testé en me mettant en mode “Priorité ouverture” (A ou Av), pour être sûr de ma profondeur de champ et laisser l’appareil gérer le reste. Il m’a ensuite fallu jouer sur la correction d’exposition, ce truc-là:

correction d'exposition

Vous la voyez la molette sur votre appareil? Tout est expliqué ici. J’ai bricolé un peu les ISO aussi, parce que… pas le choix !

Ensuite je suis passé en mode “Priorité vitesse” (S ou Tv) pour être certain d’avoir les temps de pose que je voulais. Là encore, il faut jouer du correcteur d’exposition, des ISO.

Et au final, je suis revenu à ma bonne vieille méthode du mode manuel (M), parce que ça ne prend pas plus de temps et que ce n’est pas plus compliqué !! Il faut bien vous mettre ça en tête. Voici la procédure, très simple, que je vous recommande en mode manuel, et je vous garantie que vous allez l’adopter et vous aussi pouvoir dire fièrement à n’importe qui: “Moi, je shoote en mode manuel“.

Procédure en mode manuel (M)

  1. Installez le trépied et la télécommande (ou le retardateur 2 secondes à défaut)
  2. Sur Reflex, levez le miroir pour éviter le tremblement dû à “l’effort mécanique”
  3. Désactivez la stabilisation (c’est mieux de l’enlever sur trépied)
  4. Mettez les ISO sur 100, au minimum donc
  5. Choisissez votre ouverture en fonction du rendu souhaité. Si vous voulez du flou en arrière-plan (ou premier plan d’ailleurs), sélectionnez un petit chiffre (entre f/1.8 et f/4 en gros). Pour une photo nette partout ou presque, tapez dans les petites ouvertures (de f/8 à f/16 en gros).
  6. Choisissez une valeur pour la vitesse. Par exemple 1/2 seconde.
  7. Ajustez: Si la profondeur de champ vous convient, il suffit d’augmenter ou réduire la vitesse jusqu’à obtenir l’exposition souhaitée. Si vous avez trouvé une vitesse ET une profondeur de champ qui vous conviennent mais que la photo est trop sombre, montez en ISO sans hésiter. A chaque ISO doublé (100->200, 200->400, 400->800), c’est 2 fois plus de lumière qui rentre à chaque fois !! Tant que vous n’atteignez pas votre SIMA, c’est tout bon. Pour cette notion de SIMA, relisez mon article sur les ISO.

Le cadrage et la composition

L’œil est plus attiré par les zones claires que par les zones sombres. En photo de nuit, vous aurez une ou plusieurs sources de lumière: Réverbères, enseignes lumineuses, lune, etc. Veillez à bien disposer ces éléments lumineux car c’est sur eux que va se poser l’œil de votre spectateur en premier lieu.

Vous pouvez utiliser les différents points lumineux de votre image pour guider le regard, pour l’amener vers un point précis de votre photo. Si votre sujet principal est un personnage ou un objet un peu sombre, gardez à l’esprit que le spectateur va d’abord être attiré par les zones lumineuses. Cela fait passer votre sujet au second plan. Rappelez-vous, une photo réussie est une photo prise avec une intention, vous voulez montrer quelque chose, dire quelque chose. Si votre personnage principal n’est découvert par votre spectateur qu’après avoir regardé les 15 points lumineux de l’image, c’est que la photo n’a pas fonctionné. Pire, si le spectateur n’est pas bien sûr de ce que vous avez voulu montrer, votre photo est ratée puisqu’elle n’a pas atteint son but.

photo de nuit à Venise
Invitation à suivre le canal

La mise au point en photo de nuit

On a tous connu cette petite galère de mise au point qui ne veut pas se faire la nuit. L’autofocus cherche un point de contraste. Si vous visez le ciel ou un immeuble tout noir, bon courage !! Premier conseil, je ne connais pas votre matériel, mais sur beaucoup de modèles le collimateur le plus performant est le collimateur central. Utilisez donc celui-ci avec la bonne vieille technique:

  1. Positionner le collimateur central sur le sujet
  2. Appuyer à mi-course
  3. Recomposer
  4. Déclencher

Ceci dit, avec une pose longue, ça risque d’être compliqué d’éviter le flou. Deuxième technique donc: Se mettre en autofocus manuel (MF). Si votre appareil possède l’option focus-peaking, profitez-en. Pour ma part je l’utilise. Le focus-peaking met en couleur les contours qui sont dans la zone de mise au point.

Troisième technique possible que j’utilise aussi: l’hyperfocale (description ici). Pas besoin de s’embarrasser avec la mise au point comme ça. Avec l’habitude c’est réglé en quelques secondes.

Quatrième technique, qui ne fonctionne que si vous fermez beaucoup, genre f/11, f/13, f/16: La technique de l’à-peu-près mais qui marche plutôt bien quand même: Faire la mise au point sur la ligne du tiers inférieur de l’image. Ça ne vous donne pas une maitrise parfaite de la profondeur de champ, mais ça sera pour beaucoup très suffisant.

Gestion de la lumière

pose longue de nuit

Le flash

Rares, très rares seront les moments où vous devriez sortir le flash. Il faut vraiment en avoir une bonne maitrise pour obtenir un effet voulu. Le flash va éclairer les premiers mètres devant vous, puis plus rien. Utiliser le flash est un excellent moyen de faire une photo très “amateur” dans le sens péjoratif du terme. On verra vite que la technique n’est pas maitrisée.

Je ne parle même pas des flashs intégrés qui éclairent droit devant. Effet “yeux de lapin dans les phares” assuré, peau livide, image plate. Horrible. Le strict minimum serait ce genre de flash, dont j’ai déja parlé dans un article.

La pose longue

pose longue de nuit

Même avec une grande ouverture, vous devrez certainement exposer plus longtemps que d’habitude. Et si vous souhaitez une grande profondeur de champ (image nette du premier au dernier plan), il faudra exposer encore plus longtemps. Cela vous ouvre d’énormes perspectives de rendus visuels forts.

photo de nuit exposition longue

Mesure de la luminosité

Si une grand partie du cadre est noire, pensez à utiliser le mode spot sur votre sujet. Il sera bien exposé et en fort contraste avec le reste de la photo. Vous pourrez ainsi obtenir un rendu intéressant.

photo de nuit contraste

L’heure bleue

photo de nuit heure bleue

Très classe en zone urbaine notamment. Il s’agit de cette courte période, de l’ordre d’une bonne vingtaine de minutes, après le coucher du soleil et avant la nuit noire. Le ciel est… bleu nuit (vous l’auriez pas deviné hein?), un très beau bleu sur lequel les lumières jaunes et orangées des éclairages seront du plus bel effet, pour la simple raison que sur la roue chromatique, on voit que la couleur complémentaire du bleu se trouve dans les jaune-orange.

roue chromatique couleurs complémentaires

La balance des blancs

Est-ce que je le répète? Oui, allez: SHOOTEZ EN RAW !!! Bon, si pour une raison ou une autre vous devez photographier en JPG, ne faites pas forcément confiance à la balance des blancs automatique en photo de nuit. Testez les autres modes que AWB (automatic white balance). Difficile de vous dire “mettez-ci” ou “mettez-ça”. Il n’y a pas 50 réglages de balance des blancs, essayez les 5 ou 6 disponibles sur votre appareil: Tungstène-Ombre-Nuageux-Incandescent etc…

Pour ceux qui ont le bon goût de shooter en RAW, laissez en automatique. Vous verrez ça au post-traitement, même dans un logiciel gratuit. En tout cas il faudra à coup sûr rectifier le calcul automatiquement fait par l’appareil.

Le RAW vous permet par ailleurs d’augmenter votre plage dynamique de 2 à 4 IL par rapport au JPG, ce qui n’est absolument pas négligeable en photo de nuit.

Et j’ai envie de dire à ce sujet: Faites-vous plaisir ! Ne cherchez pas forcément à retrouver pile-poil la couleur d’origine, ce sera votre petite touche artistique, qui fait du bien à l’ego et aux yeux…

photo de nuit flou d'arrière-plan

Le noir et blanc

photo de nuit noir et blanc

Définitivement très classe, la photo de nuit en noir et blanc. Soyez imaginatif au post-traitement ensuite pour assombrir encore certaines zones ou au contraire pour déboucher des ombres.

photo de nuit noir et blanc

Les reflets

Reflets, pose longue, voilà un mariage qui ne connaitra pas le divorce. Ajoutez-y des couleurs vives sur le fond sombre, vous avez une combinaison gagnante pour faire la photo qui finira sur le mur de tata Ginette (et ça sera aussi très beau chez tonton Lucien !).

Vous avez tous pensé à l’eau (ne mentez pas je le sais 🙂 ), c’est bien, mais allez plus loin: Rétroviseurs, vitrines, lunettes, immeubles, et même les yeux !! Les reflets sont partout. Un reflet=une idée de photo. Après il faut éviter de tomber dans le banal, pour ça pas de miracle: Il faut prendre le temps et trouver une composition qui sort du lot.

reflet de nuit

Créativité

N’hésitez pas à vous laisser aller à de petites (voire même de grosses) exagérations avec les néons et autres éléments lumineux du paysage urbain.

Il y a mille choses à tester, je vous donne ma petite technique préférée du monde de la mort qui tue à l’infini: Utiliser une très grande ouverture pour avoir une très faible profondeur de champ, tout en faisant la mise au point le plus loin possible de la lumière. Concrètement, si ma source de lumière est tout près, je fais la mise au point le plus loin possible, et inversement si ma source de lumière est loin, je fais la mise au point à quelques mètres.

photo de nuit bokeh

Merci de commenter et partager l’article !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire