Noir et blanc ou couleur? Faire le seul choix possible.

J’aurais du mal à croire qu’un seul d’entre vous ne se soit pas posé la question une seule fois. Noir et blanc ou couleur ? Couleur ou noir et blanc ? Moi aussi je me suis gratté le cerveau plus d’une fois. Et si ça peut rassurer certains d’entre vous, ça m’est passé. J’ai bon espoir que ça vous passe aussi 😉

noir et blanc - couleur

Je me suis demandé un beau jour pourquoi j’hésitais entre les deux rendus. J’ai finalement pris conscience du fait que, comme beaucoup de photographes, je me posais la question pour la mauvaise raison. En fait je raisonnais en terme d’esthétique, ce qu’il ne faut précisément pas faire.

Pour être bien clair, mon erreur était de me demander: “Est-ce que c’est plus joli en couleur ou en noir et blanc?”

Ce n’est pas comme ça qu’il faut aborder la question si on veut être pertinent dans la réponse.

Préjugé sur le noir et blanc

On ne va pas se mentir, il y a une réelle tendance à penser qu’un traitement en noir et blanc donne un côté artistique à la photo. Il y a un (faux) élitisme sous-jacent à cette pratique. Il suffit de regarder les photos très colorées d’artistes reconnus comme Eric Forey pour se convaincre que le talent s’exprime tout aussi bien en couleur.

Si photographier en noir et blanc était un gage de qualité artistique, mon article aurait tenu en deux lignes: “Photographiez en noir et blanc, c’est mieux. Merci de votre attention, et à la semaine prochaine pour un nouvel article passionnant !!

J’ai arrêté de me poser la question “noir et blanc ou couleur?” quand je me suis rendu compte qu’il fallait considérer et se servir de l’un ou de l’autre comme d’un outil créatif. De la même manière qu’on utilise une profondeur de champ, une vitesse d’obturation, un cadrage, pour une raison précise, le choix couleur ou noir et blanc doit être motivé par l’intention de votre photo, pour guider sa lecture.

En d’autres termes, pardon d’être un peu “brut de pomme” mais c’est pour la bonne cause, celle de votre progression (et de la mienne…), si vous en êtes encore à poser la question dans des groupes Facebook “Quel traitement préférez-vous pour ma photo? Noir et blanc ou couleur?“, assortie d’un exemplaire de chaque, vous n’avez pas compris l’essence d’une œuvre photographique.

Une œuvre artistique affirme le choix de son auteur.

Chaque composante, de votre image doit converger vers un seul et même but. Le noir et blanc et la couleur n’ayant pas le même impact, le choix de l’un ou de l’autre doit devenir une évidence.

Un choix, une démarche

Si vous demandez donc sa préférence à votre public, c’est que le choix noir et blanc ou couleur ne fait pas partie de votre intention et ne sert pas le propos de votre photographie, que vous ne maitrisez pas votre production, que vous avez laissé des aspects techniques et artistiques au gré du hasard. Cela revient à dire qu’elle est incomplète…

Ce choix doit être la résultante d’une démarche, il doit contribuer à rendre une émotion, un message, une sensation, de la dramaturgie, de l’abstraction, bref, quelque chose !! 🙂

C’est plus joli en couleur” ne suffit pas et n’a même pas lieu d’être. Ne vous dites plus jamais ça et vous aurez progressé.

Voyons donc comment motiver ce choix.

Le noir et blanc

Je vais enfoncer une énorme porte ouverte, mais même si ça va sans dire, ça va mieux en le disant, alors ne m’en veuillez pas. Vous allez voir que la porte n’est pas si grande que ça et que ma remarque fait sens: Le propre du noir et blanc, c’est de supprimer une information pour votre lecteur (je l’ai déjà dit par le passé: on lit une photo). En supprimant cet élément, la couleur donc, vous retirez un élément de distraction à votre lecteur, ce qui le ramène davantage à votre sujet. Pour parler vulgairement, ça fait un truc de moins à juger, à prendre en compte. Les couleurs attirent beaucoup l’œil. Il ne reste alors que les informations de contraste et de luminosité, de géométrie, de texture, de cadrage et de composition.

Enlever la couleur permet d’épurer la composition. Attention, il ne faut le faire QUE si la couleur n’apporte pas une information pertinente. Sans quoi vous vous coupez l’herbe sous le pied tout seul, ce serait ballot…

Bien souvent, le noir et blanc rend la photo intemporelle. C’est à dire que vous retirez une information qui pourrait la rattacher à une époque ou à une saison par exemple. Pour prendre l’exemple le plus simple et le plus compréhensible, les couleurs d’automne sont très reconnaissables, les couchers de soleil d’été et d’hiver sont très différents. La couleur de certains bâtiments peut permettre de les situer dans le temps. Libre à vous donc de supprimer ces informations. C’est, une fois de plus, lié à votre intention.

La couleur

Il peut arriver que votre scène ne comporte pas d’élément au contraste ou à la luminosité qui se détache. Il est donc possible que ce soit sa couleur qui le démarque du reste de la composition. Dans ce cas de figure, pas d’hésitation. La couleur sera un outil supplémentaire pour montrer votre intention, comme si vous disiez à vos spectateurs: “Mon sujet c’est le truc rouge qui se détache sur le fond vert“.

Elle peut permettre, comme je l’ai dit plus haut, de se situer dans le temps grâce aux couleurs à la mode d’une époque, à l’ambiance d’une saison, à la couleur d’un coucher de soleil d’hiver, etc.

Les couleurs ont un rôle prédominant dans le ressenti: Couleurs froides, couleurs chaudes. Une photo de feu de cheminée en noir et blanc n’aura pas le même message qu’un feu de cheminée en couleur. Le premier mettra l’accent sur la situation, les jeux de lumière et les contrastes créés par le feu, sera plus descriptif. Le second, par les couleurs chaudes, orangées, cherchera à procurer une sensation de chaleur et de bien-être.

Quelques exemples

Reconnaissez que ces deux photos identiques en tout point, sauf le traitement couleur/nb, ne procurent pas la même la même sensation. A la prise de vue, vous devez savoir si vous voulez montrer l’aspect déglingué, abandonné et triste, par le noir et blanc. Au contraire, vous pouvez évoquer le street-art, la valorisation d’objets urbains, du peps, par la couleur.

Ici, la photo de gauche met clairement en avant l’unique couleur de l’image. La rouille évoque le temps qui passe, le manque d’entretien, le passage des piétons. La couleur orange évoque les rayons du soleil. Le noir et blanc met l’accent sur les formes, la géométrie, le graphisme de l’objet.

Aucun doute que vous avez été attiré par les deux carrés de couleur sur la première image. Sur la seconde, seule la géométrie de formes connues par votre cerveau vous interpelle: Une croix et des (presque) carrés.

J’avoue, j’ai triché

Et je ne suis pas le seul !! Je ne le fais plus depuis longtemps, mais certains utilisent le noir et blanc pour camoufler un louper: Une exposition foireuse, une gestion des couleurs à l’ouest. Allez hop, un coup de noir et blanc et je te transforme ça en œuvre d’art… Sauf que le leurre est grossier et pas très glorieux… N’est-ce pas?

Le post-traitement noir et blanc

Que vous choisissiez le noir et blanc ou pas, photographiez toujours en couleur. Pourquoi? Simplement parce que vous aurez beaucoup plus de latitude pour la retouche de votre photo. Enregistrez un maximum d’informations (avec les couleurs donc), puis passez en noir et blanc sur votre logiciel, qu’il s’agisse de Lightroom, Rawtherapee ou autre. Vous pourrez ainsi bien accentuer vos contrastes, jouer sur les point blanc, point noir, vos ombres, en ayant un maximum d’informations dans votre fichier de départ. Pour ceux qui auraient encore la mauvaise habitude de photographier en JPG, photographiez directement en noir et blanc, car vous allez encore détériorer la qualité d’image si vous le faites sur un logiciel…

En conclusion

Le choix du traitement appartient au photographe seul. Dans tous les cas, il doit être délibéré, motivé par une intention.

Partant de ce principe, et considérant que le choix du noir et blanc ou de la couleur est un outil comme les autres (composition, exposition, profondeur de champ, etc.), on doit savoir dès la prise de vue comment sera traitée la photo. Quel message va apporter la couleur ? Sur quoi passer en noir et blanc va-t-il mettre l’accent ? Si vous ne parvenez pas à répondre à cette question à la prise de vue, c’est que votre intention n’est pas claire.

Relisez les paragraphes “la couleur” et “le noir et blanc”. Chacune de vos photos doit se trouver motivée par l’un ou l’autre.

Réagissez dans les commentaires et merci de partager cet article sur vos réseaux !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire