Maîtriser les ISO en photo

Apprendre à bien gérer les ISO en photo est une étape capitale pour obtenir des photos de qualité optimale. Je vais vous expliquer dans cet article comment ne pas tomber dans le piège des ISO tout en en tirant le meilleur parti. La sensibilité ISO est l’un des trois composants du triangle de l’exposition, les deux autres étant l’ouverture, et la vitesse d’obturation. C’est probablement la notion la plus complexe à appréhender, mais vous allez comprendre (parce que j’explique bien 😉 )

Une analogie: Quand il fait froid dehors, vous voyez des gens qui empilent les manteaux, les doudounes, les écharpes, quand d’autres se contentent d’une veste. Une troisième catégorie de personnes sont quant à elles encore en tenue de printemps: Tous ces gens n’ont pas tous la même sensibilité au froid. Le capteur de votre appareil photo, c’est pareil, mais avec la lumière. Il peut y être plus ou moins sensible. Là où ça devient intéressant, c’est que vous pouvez décider de sa sensibilité comme ça vous arrange ! Mais il y a une contrepartie (sinon c’est pas drôle et vous ne pourrez pas montrer votre expertise en photo 😉 ).

Le double effet des ISO sur votre photo

iso photo

Une sensibilité élevée permet au capteur de mieux “réagir” à la lumière, à en absorber plus. Formidable allez-vous me dire !! Sauf que… Plus la sensibilité augmente, plus vous aurez de bruit numérique sur la photo.

Qu’est-ce que le bruit? Ce sont ces tous petits points qui apparaissent et forment une sorte de grain, que l’ont voit surtout dans les tons foncés. Les couleurs ne sont pas lisses, elles sont granuleuses. Donc à moins de rechercher cet effet, je ne saurais trop vous conseiller de laisser vos ISO le plus bas possible tant que vous n’avez pas la nécessité de les monter. Les ISO, c’est un peu le dernier rempart quand vous avez réglé votre ouverture sur le maximum (en fonction de la profondeur de champ que vous souhaitez), et que vous avez baissé votre vitesse à la limite du flou de bougé. Quand vous en êtes là, il ne reste plus qu’à:

  • attendre le lendemain qu’il fasse plus jour
  • éclairer la scène de manière artificielle
  • monter vos ISO

Optimiser la qualité de vos photos avec les ISO

Les constructeurs annoncent une Sensibilité Iso Maximale Théorique (SIMT). C’est selon eux la sensibilité ISO à ne pas dépasser pour ne pas dégrader l’image… Dans les faits, si vous shootez à votre SIMT (ISO 6400 par exemple, consultez la notice de votre appareil), votre photo sera très bruitée. Leurs estimations, très commerciales, sont plus qu’optimistes.

Préférez-lui la SIMA: Sensibilité Iso Maximale Acceptable. Quelle est sa valeur? On estime GROSSO-MODO (j’insiste) la SIMA au quart de la SIMT. Donc pour une SIMT de 6400, estimez votre SIMA à 1600. De là, c’est simple: Faites un test ! Et oui, tout simplement… Voyez jusqu’à quelle sensibilité ISO vous pouvez monter sans que cela VOUS gêne. Chacun place le curseur de tolérance là où il le souhaite… Personnellement je tolère un peu de bruit: Si la photo en valait la peine, je garde sans trop de regret: je suis allé aux limites de l’appareil, je n’avais pas d’alternative, ça me va comme ça. Une fois votre SIMA déterminée, voyez dans la notice de votre appareil si vous pouvez définir une Sensibilité Iso Maximale et mettez-y votre SIMA. Ainsi l’appareil ne la dépassera jamais et vous en aurez fini avec le bruit !!

Concrètement, quand est-ce que je monte dans les ISO ?

  1. Vous faites le choix artistique de donner du grain à votre photo pour lui donner un aspect vieilli ou donner une ambiance particulière. C’est une possibilité, mais pas la meilleure à mon avis. Un résultat identique et même bien meilleur peut être obtenu en passant par un logiciel de traitement photo (même gratuit !!). Ce procédé vous offre une flexibilité totale sur l’aspect du grain, alors qu’une fois la photo prise avec vos ISO à 6400, vous n’aurez plus qu’une très faible marge de manœuvre.
  2. Vous ne voulez pas ouvrir plus car vous souhaitez garder une profondeur de champ suffisante. Vous ne pouvez pas non plus augmenter votre temps d’exposition sans quoi vous aurez un flou de bougé. Une possibilité serait alors d’attendre qu’il y ait plus de lumière, mais le concert, c’est ce soir et pas demain midi… Vous ne pouvez pas non plus éclairer la scène (un bon coup de projecteur dans la tête du chanteur, ça lui fera plaisir). Si ces conditions sont réunies, il ne reste que la montée en ISO pour se sortir d’affaire… Allez-y progressivement.

En bref…

Voilà, soyez vigilants avec vos ISO. Définissez votre SIMA et réglez votre sensibilité ISO maximale si l’appareil vous le permet. Profitez du mode ISO automatiques de certains boitiers, c’est souvent utile, en mode manuel notamment.

Cela dit…

Ne devenez pas non plus un Ayatollah des ISO. J’ai participé à une petite expérience réalisée par un photographe professionnel. Il nous a présenté quelques unes de ses photos. Elles étaient toutes bonnes: Cadrage, exposition, intérêt… Le jeu consistait à trouver 3 critiques à faire à chaque photo. Chacun y est allé individuellement de ses 3 petites critiques.

On a réuni tout ça puis le photographe, à la fin de l’expérience, nous a montré où il voulait nous emmener. Il nous a montré que toutes ses photos avaient été prises avec un Canon Full-Frame (j’ai oublié le modèle mais peu importe) à ISO 6400, ce qui a eu pour effet de produire, comme prévu, du bruit dans les zones sombres. PERSONNE n’a rien remarqué. Nous avions pourtant eu tout le loisir de regarder les photos suffisamment longtemps. Cela dit, l’exposition, le cadrage et l’intérêt de la photo étant au rendez-vous, nous nous sommes tous laissés embarquer par la qualité artistique au détriment de la qualité intrinsèque des zones sombres.

Je vous invite donc à adopter cette nouvelle vision de la photo, telle qu’elle m’a été révélée ce jour-là. A cette époque j’en étais encore à chercher l’exposition parfaite, la netteté maximale, l’absence de grain. On passe presque tous par là quand on débute. C’était ma priorité numéro un: La qualité de la photo. Aujourd’hui, je photographie toujours en ISO 100 si possible, mais je me focalise en tout premier lieu sur ce que je veux dire avec ma photo. Si je dois monter dans les ISO, je monte autant qu’il faut pour parvenir à cette fin.

Parlons-en ! Dites-moi en commentaire quel est votre point de vue sur les ISO, si le grain vous gêne ou pas.

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire