Le nombre d’or

Le quoi ???

Le nombre d’or, la spirale de Fibonacci ou courbe de Fibonacci, la proportion dorée, les proportions divines, phi, autant de noms (et il y en a d’autres) pour définir cette espèce de figure idéale qui a intéressé peintres, sculpteurs, architectes, poètes et musiciens en quête de perfection. Ce nombre (associé à la lettre Phi en grec), est le suivant: φ= 1,6180339887. C’est bon vous l’avez bien lu? Allez, vous pouvez l’oublier…

Tous les arts s’y étant intéressés, il fallait bien que nous, photographes, dans notre quête du cliché idéal, allions fourrer notre nez dans ce verbiage mathématique à la recherche d’une formule magique pour sortir LA photo parfaite, incontestable de beauté.

Concrètement, ça ressemble à quoi?

Voici la représentation graphique du nombre d’or. On remarque que le format du rectangle ressemble étrangement au format de nos photos, ça tombe bien hein?

Transformé en grille (lignes bleues ci-dessous, ça donne ça:

nombre d'or

Alors vous remarquerez de proches, très proches similitudes avec notre bonne vieille règle des tiers (en orange ci-dessus) !! Du coup, on est en droit de se demander si notre bonne vieille règle des tiers ne serait pas une version simplifiée du nombre d’or? J’ai deux réponses:

  1. Peut-être
  2. De toutes façons on s’en fout…

Que l’une soit issue de l’autre, peu importe. Il est clair que pour nous humains, il est plus facile de séparer notre cadre en 9 rectangles identiques, et que donc appliquer la règle des tiers est plus simple quand on ne possède pas de repère. En revanche, il faut reconnaitre qu’une photo composée à l’aide de la courbe de Fibonacci (du nombre d’or donc) donne une harmonie plus naturelle, moins fixée, figée mathématiquement. En effet, dans une composition avec une/des ligne(s) des tiers, on voit que le sujet est sur une ligne de tiers. avec le nombre d’or, on ne perçoit pas ce “calcul”, cette volonté de tomber sur une ligne ou sur un point fort.

Règle des tiers ou nombre d’or alors?

Si la plupart des appareils photo numériques permettent d’afficher la grille des tiers, d’autres proposent d’afficher aussi la grille du nombre d’or en superposition dans le viseur ou sur l’écran. Faut-il utiliser l’une ou l’autre? Il y a une troisième option: ni l’une ni l’autre ! Vous pouvez, non, vous devez vous affranchir de ces règles, mais comme je l’ai dit dans mon article sur la règle des tiers, elles ont pour moi deux intérêts:

  • Un intérêt pédagogique: Le néophyte en photo a tendance a centrer ses sujets. Commencer à composer via le nombre d’or ou la règle des tiers permet de s’éveiller à l’harmonie de la composition, de voir que décentrer son sujet peut apporter à la photo une esthétique, ou un sens, ou les deux.
  • Un intérêt d’urgence: Quand je n’ai que 3 secondes pour prendre une photo, je préfère une application toute bête de la règle des tiers pour ramener une image correcte plutôt que pas d’image du tout…

En conclusion: Ne les négligez pas, sachez qu’elles existent, occasionnellement ( dans l’urgence ou faute d’inspiration), utiliser la règle des tiers ne tuera personne, pas de honte ni d’hésitation à avoir. En post-traitement, vous pouvez tout à fait vous faire plaisir en recadrant sur la spirale de Fibonacci. De grands artistes (peintres, sculpteurs, etc.) s’y sont essayés, pourquoi pas vous ?

Dites-moi en commentaire si vous utilisez de temps en temps l’une ou l’autre règle et à quelle occasion !

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire