Le flou d’arrière-plan – le bokeh

Être capable de réaliser un flou d’arrière-plan, c’est prendre une sérieuse option sur la possibilité de mettre en valeur votre sujet. Et si vous ne voyez pas de bonne raison d’abandonner votre cher mode automatique, en voilà une ! Parce que la valeur artistique du bokeh, votre appareil photo à 3000€, il s’en fout !! La seule façon d’exploiter au mieux les techniques qui permettent de produire un flou d’arrière-plan, c’est d’utiliser les modes créatifs P-A-S-M (ou P-Av-Tv-M). Ce sont vos connaissances qui vous permettront d’obtenir des effets remarquables. Adieu donc le mode automatique, on t’a assez vu, du balais !

flou d'arrière-plan

Votre arsenal technique

Vous connaissez probablement l’outil le plus connu pour jouer sur la profondeur de champ et créer ainsi votre flou d’arrière-plan: l’ouverture du diaphragme. Mais je vous propose ci-dessous d’autres outils que vous pouvez cumuler, combiner entre eux. Mais tout d’abord, un petit rappel.

La profondeur de champ, c’est quoi déjà?

C’est la zone de votre photo comprise entre le plan net le plus proche et le plan net le plus éloigné de votre image.

Le principe, c’est ça: On voit que les ailes du papillon du milieu se sont plus très nettes avant le premier trait et après le deuxième trait. Les deux autres papillons, complètement en-dehors de la zone, sont flous.

Profondeur de champ flou d'arrière-plan
Profondeur de champ

Le résultat, un peu exagéré, c’est ça:

profondeur de champ et flou d'arrière-plan

1er outil: L’ouverture

Le paramètre le plus connu est donc l’ouverture du diaphragme. Dans l’immense majorité des cas, les photographes qui cherchent à réduire la profondeur de champ pour augmenter la zone de flou se placeront en mode A (ou Av), voire M pour les plus aventureux. Notez que vous pourriez utiliser aussi le mode P (Programme). L’avantage de ces modes est qu’ils permettent de définir l’ouverture à votre guise.

L’immense majorité des débutants ne se pose pas la question: ils ouvrent au maximum. S’ils ont un 10-22mm f/3.5-4.5, ils vont ouvrir à f/3.5, avec un 50mm f/1.8, ils vont ouvrir à f/1.8. C’est classique… Or retenez ceci et expérimentez: Vous n’avez pas l’obligation d’ouvrir au maximum ! En fonction de l’effet désiré, il peut être judicieux d’ouvrir moins pour mieux suggérer l’environnement par exemple, ou encore pour de simples raisons esthétiques. Passé l’emballement de vos premiers bokeh, jouez avec subtilité sur l’ouverture.

2eme outil: La distance du sujet

Voilà qui est moins connu, mais ce sera le deuxième levier de votre arsenal créatif, car en effet, la distance de mise au point a une incidence sur la profondeur de champ.

Impossible de vous donner une valeur chiffrée, car tout dépend de la taille de votre sujet par rapport à votre focale, mais la règle est la suivante: Plus vous vous rapprochez de votre sujet, plus la profondeur de champ se réduit et donc plus votre flou d’arrière-plan sera conséquent.

Attention, il n’est pas question non plus de faire de la macro et de vous coller au sujet ! Vous pouvez rester à une distance raisonnable et obtenir un joli bokeh !

3eme outil: La focale

Pour des raisons d’optique qu’il est inutile de développer ici, plus la focale est longue, plus la profondeur de champ est faible. L’utilisation d’un téléobjectif est donc vivement recommandée à qui veut optimiser son flou d’arrière-plan!

Concrètement, n’hésitez pas à vous éloigner du sujet et à zoomer, ou passer de votre 50mm à un 85mm, 100mm ou plus. C’est une bonne nouvelle pour les photographes qui font de l’animalier puisqu’on utilise de préférence de très longues focales qui vont naturellement leur permettre de détacher l’animal.

4eme outil: La distance de l’arrière-plan

Si vous avez vraiment du matériel photo tout pourri, vous pourrez malgré tout vous aussi vous faire plaisir avec un joli flou d’arrière-plan grâce à ce paramètre, pour la simple raison qu’il n’est pas technique. Les lois de l’optique sont ainsi faites que plus vous éloignez le sujet de son arrière-plan, plus l’arrière-plan sera flou. Deux possibilités donc:

  • Si vous photographiez tata Ginette devant un majestueux tronc de chêne, ça être long de déplacer l’arbre… Alors bougez tata Ginette… Cette boutade pour vous dire qu’il ne faut pas hésiter à déplacer vos sujets. Il s’agit là d’une démarche créative trop souvent oubliée par les débutants.
  • Si tata Ginette a les pieds dans le béton, déplacez-vous, tournez autour pour la photographier sur un arrière-plan plus distant que le chêne.

5eme outil: La taille du capteur

La taille du capteur a une incidence sur la capacité de votre boitier à produire du flou d’arrière-plan. A partir d’1 pouce, vous pouvez commencer à jouer avec la profondeur de champ, ce ne sera pas optimal, mais ce sera déjà possible. C’est le type de capteur que l’on trouve dans pas mal de bridges notamment.

taille du capteur
Les plus grands capteurs

La science de l’optique vous expliquerait comment ça marche, moi je pense que tout ce qu’il faut retenir, c’est que plus le capteur est grand, plus il permet de produire facilement du bokeh. Pour ma part, vous le savez peut-être déjà si vous suivez mes articles, je suis sur micro 4/3, et je peux produire d’excellents flous, n’ayez donc pas peur que ce soit trop petit, ce n’est pas le cas, le micro 4/3 fait partie de la famille des grands capteurs !!

Les petit plus qui changent tout

Soignez bien votre arrière-plan

Pour ça, déplacez-vous ! Ou alors déplacez votre sujet… Vous pouvez aussi avancer ou zoomer pour écarter des éléments indésirables. L’arrière-plan n’est pas à négliger, son flou peut faire passer une photo de bonne à excellente. Imaginez que sur la photo suivante, on a le même sujet, la feuille rouge avec sa goutte prête à tomber, avec en arrière-plan un immeuble parfaitement banal. L’impact visuel serait complètement différent ! Avec cet arrière-plan soigné, on passe d’une photo juste “sympa” à une photo pleine de charme, chaleureuse et poétique !!

flou d'arrière-plan

Les lamelles

bokeh ou flou d'arrière-plan

Regardez la photo ci-dessus. Vous voyez tous ces ronds flous du plus bel effet? Ils sont dû au nombre de lamelles qui composent le diaphragme.

Ouverture du diaphragme
Diaphragme

Observez les ouvertures. Plus le diaphragme est ouvert, moins les angles sont marqués: A f/1.8, on a un cercle presque parfait. En fonction du nombre de lamelles de votre objectif et de son ouverture, vous pourrez obtenir des bokeh en forme d’octogone, d’hexagone ou mieux, des cercles parfaits comme sur la photo. Au plus il y a de lamelles, au plus circulaires seront vos points de bokeh. Mais vous pouvez tout à fait décider de les vouloir moins ronds, auquel cas il vous suffira de fermer un peu votre ouverture, en augmentant donc le chiffre après le f/ .

Voilà, vous avez une nouvelle “arme” créative dans votre sacoche photo !!

Bouton de test de profondeur de champ

Sur certains reflex, vous avez sur le devant du boitier un bouton de test de profondeur de champ. Puisqu’il est là, utilisez-le donc ! Il vous permettra de voir à l’écran le rendu que vous obtiendrez avec les réglages actuels. Utile, facile, pourquoi s’en priver? Sur les viseurs numériques, comme les hybrides, vous avez ça en direct, donc pas besoin de bouton…

En résumé…

Vous avez 5 leviers dans votre arsenal pour magnifier votre flou d’arrière-plan:

  • Augmenter l’ouverture
  • Vous rapprocher du sujet
  • Utiliser une focale plus longue
  • Éloigner l’arrière-plan
  • Choisir votre appareil ayant le plus grand capteur

Vous avez un levier pour les ronds de bokeh: Les lamelles. Choisissez votre objectif ayant le plus grand nombre de lamelles pour des points le plus circulaires possible.

Voilà, partagez l’article et laissez-moi un petit commentaire si vous avez appris quelque-chose !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire