La sauvegarde de vos photos. Une méthode sûre à 100%.

Le pire arrive… Ça va, j’ai bien plombé l’ambiance ? 😉 Pourtant c’est vrai, le pire peut arriver, et il m’est arrivé. J’étais sûr de mon système de sauvegarde photos pourtant. Pour faire court: Mon premier garçon était né, il avait moins de 2 ans. Un jour mon ordi ne démarre plus. Pas de problème, je le restaure… J’avais une double sauvegarde de mes photos, sur deux disques durs séparés.

Sauf que… Comme je l’ai dit en préambule: Le pire arrive. Mes deux disques de sauvegardes, d’âge, de capacité et de marques différentes ont planté en même temps. C’était fort improbable, pourtant ça m’est arrivé. Les deux premières années de photo de mon fils envolées, disparues, irrécupérables.

Une solution très chère sans garantie de résultat

Une possibilité dans ce cas est d’envoyer son disque dans une société spécialisée, qui désosse le disque dur complètement pour accéder à la zone où sont écrites les données. Ça se passe dans ce qu’on appelle une “salle blanche“: Aucune poussière n’entre dans cette salle qui est en surpression. C’est à dire qu’on y injecte en permanence de l’air filtré, sans la moindre poussière donc. Ainsi quand la porte s’ouvre pour laisser entrer et sortir les techniciens, l’air pur de l’intérieur est poussé vers l’extérieur. Les combinaisons intégrales, tête comprise, des techniciens sont spécialement traitées pour ne comporter aucune impureté qui pourrait tomber et se déposer sur la surface des disques. Autant dire que l’opération coûte un œil et n’est pas garantie à 100%.

Je ne connais pas les tarifs actuels, ça n’a pas dû beaucoup changer, mais à l’époque, rien que pour faire le diagnostic, il fallait sortir pas moins de 200€. Pour 200€ on vous dit juste: “Oui on peut récupérer”, ou “Non on ne peut pas”. Tout compris, récupération, expédition, coût du support de récupération, on arrivait à pas moins de 1200€…

Ne pas en arriver là

C’est tout l’objet de cet article. Pour cela, on va dégager 3 principes fondamentaux de sauvegarde de vos photos. Si vous les appliquez, vous avez une garantie absolue (sauf holocauste nucléaire; dégageons vite Trump et Kim Jong-Un) de préserver l’intégrité de vos précieuses. Mais voyons dans un premier temps où vous en êtes. Si vous répondez oui à une seule de ces questions, votre système de sauvegarde n’est pas au point, et le risque de tout perdre n’est pas nul !

Analysez votre situation

Pouvez-vous récupérer toutes vos photos si:

  • Vous supprimez une photo par mégarde?
  • Une surtension survient et grille tous les composants de votre ordinateur ?
  • Votre ordinateur plante définitivement dans 5 minutes (le disque dur sur lequel vous mettez toutes vos photos est mort) ?
  • Un virus infecte votre ordinateur, il crypte tous vos fichiers et les rend illisibles ?
  • Votre appartement ou votre maison brûle ou est inondé ?
  • Des cambrioleurs emportent tout votre matériel informatique (y compris clés USB, CD/DVD, cartes mémoires, disques externes) ?

Encore une fois, un seul oui=sauvegarde imparfaite

Les 3 principes d’une sauvegarde efficace à 100%

  1. Une copie de vos photos ne constitue pas une sauvegarde fiable
  2. Délocaliser
  3. Automatiser

Les supports de sauvegarde

Passons maintenant en revue les différents moyens qui s’offrent à vous.

La gravure sur CD et DVD

Peu fiable… Leur durée dans le temps n’est pas excellente, et même si vous avez gravé votre DVD la semaine dernière, rien ne garantit que tout soit bien lisible dessus.

Les cartes mémoires et les clés USB

Pourquoi pas, il n’y a pas de pièce mécanique qui puisse s’endommager dedans. C’est ce qu’on appelle de la mémoire flash. Cependant la gestion, l’étiquetage ne me semble pas des plus pratiques. Je ne connais personne qui utilise ce procédé. Pour ce qui est des accessoires à base de mémoire flash, SANDISK a fait ses preuves. LEXAR est également excellent.

Les disques durs externes

Vous en avez probablement tous, ou presque. On peut y mettre des disques d’une très grande capacité. Préférez les disques 3,5 pouces aux 2,5 pouces, statistiquement plus fiables. Pour ce qui est des marques, la société Blackblaze qui utilise plus de 100 000 disques durs, publie à la fin de chaque trimestre un bilan de fiabilité. Depuis des années, Seagate fait plutôt figure de mauvais élève. En revanche HGST (Hitachi) sort avec les honneurs.

Les disques SSD sont plus chers mais aussi plus fiables: Pas de pièce mécanique. Pour ma part je n’utilise le SSD que sur mon ordinateur de traitement photo pour la rapidité au démarrage et toutes les tâches que je lui demande. Pour ce qui est de la sauvegarde, j’utilise des HDD.

Ne vous préoccupez pas de la vitesse des disques. 5400 tours, de base, c’est suffisant pour de la sauvegarde.

Pour la taille des disques, il vous faut regarder quel volume de photos vous avez à stocker actuellement. Multipliez par 2 pour avoir de la marge. Avec 1 To, on stocke, suivant la taille de votre capteur, entre 30 000 et 100 000 fichiers RAW. En JPG vous dépasserez allègrement les 300 000 photos voire beaucoup plus en fonction de vos réglages, votre matériel.

Les docks

Cette station d’accueil (dock) est une solution que j’adore pour ma part, puisque le dock reste toujours branché à l’ordinateur. Pas besoin de brancher et débrancher comme on le ferait avec un boitier externe. On fait l’économie du boitier plastique et du circuit imprimé des disques durs externes. Il suffit d’insérer le disque dans le dock et de le retirer tout aussi facilement. L’immense majorité des docks permet d’insérer au choix des disques 2,5″ (comme les disques des ordinateurs portables) ou 3,5″ (comme les disques des ordinateurs de bureau).

Certains docks, comme celui ci-dessous, sont doubles (pour 2 disques), avec la fonction intéressante du clonage: On met 2 disques, on appuie sur le bouton et le dock réplique un disque sur l’autre. Fastoche !!

Cette version, pour 10€ de moins, n’intègre pas de lecteur de carte SD et de ports USB supplémentaires, mais permet aussi le clonage de données.

Ce que j’aime bien avec le dock, c’est que quel que soit le disque que je mette, il possède toujours la même lettre de lecteur dans windows (je lui ai attribué le “S“, comme sauvegarde. C’est pratique pour s’y retrouver. Il suffit de mettre le disque qui correspond à la bonne année et basta. J’aime cette organisation qui consiste à avoir un disque par an…

Le NAS

Une autre solution que j’affectionne tout particulièrement.

C’est quoi un NAS ?

Un NAS n’est ni plus ni moins qu’un ordinateur qui a entre autres particularités d’être extrêmement spécialisé. Spécialisé dans la sauvegarde, ça va sans dire… Il possède pour cela des logiciels qui contrôlent tout un tas de fonctionnalités. Il y en a plus ou moins selon les modèles et les besoins de chacun.

C’est un ordinateur sur lequel on ne branche ni clavier ni souris ni écran. Je vous recommande de le brancher directement sur votre BOX (BBOX, Freebox, Livebox ou autres, peu importe).

Vous pourrez accéder au logiciel de configuration de votre NAS depuis votre navigateur internet pour piloter (très simplement, je vous rassure) ses fonctionnalités.

Pour ce qui est des marques, Synology tend à régner sur le marché.

Un NAS équipé de 2 baies (donc 2 disques durs), comme celui ci-dessus (cliquez sur la photo ou ici) permet, grâce à la configuration en RAID 1, de faire du mirroring. Je ne vais pas m’éterniser sur la technique, mais voilà ce que ça veut dire concrètement pour vous et l’avantage que vous y trouvez: Lorsque que vous mettez vos photos sur votre NAS, celui-ci se charge de les copier aussi sur le deuxième disque dur. Vous voilà donc avec vos fichiers en 3 exemplaires: 1 sur votre ordinateur, et 2 sur le NAS.

De nombreuses fonctionnalités

Certains NAS sont également équipés d’un port USB et d’un bouton. Sur le port USB, vous branchez un disque externe. Vous appuyez sur le bouton et le NAS copie tout sur le disque externe. Super pratique ! Plus besoin de faire la copie depuis votre ordi. Emmenez ce disque externe ailleurs que chez vous et voilà une copie de plus, en sécurité hors de votre domicile, à l’abri du vol et de l’incendie.

Et ce n’est pas tout, car le NAS se charge de vérifier la bonne santé de vos disques durs ! S’il détecte un défaut sur un disque, il vous le fait savoir. Il vous suffit alors de retirer le disque en question et d’en mettre un nouveau. C’est tout ! Le NAS détecte et formate le nouveau disque et recopie tout de suite dessus vos photos (photos ou tous autres documents présents sur le disque sain…).

Choisissez de préférence des disques dédiés aux NAS (si le vôtre n’en contient pas à l’origine), comme les Western Digital Red qui font référence en la matière. Ces disques sont optimisés pour ces tâches (mise en cache, température, travail en réseau, etc.)

Fonctions supplémentaires

Vous pouvez également vous servir du NAS comme serveur multimedia: Mettez film et musique dessus, ce sera accessible sur tous les ordinateurs, téléphones et tablettes de votre domicile. Il peut aussi faire serveur d’impression: Vous branchez l’imprimante dessus et tous vos ordinateurs peuvent accéder à l’imprimante. Autre possibilité intéressante avec un NAS, c’est d’y accéder depuis n’importe quel endroit de la terre… Tout est possible: Partager vos photos avec votre famille, avoir accès à vos documents en secours quand vous êtes en voyage: Cartes d’identité, permis de conduire, carte de sécu, etc… Si vous vous faites piquer vos papiers, vous y avez accès depuis votre téléphone, un ordi, tout ce qui est connecté à internet n’importe où dans le monde

Citons aussi la possibilité, si comme moi vous avez des caméras de vidéosurveillance de votre domicile, d’envoyer les images capturées vers votre NAS.

Le Cloud

Commençons par donner une petite définition. Le cloud, c’est tout comme chez vous, un ordinateur avec des disques durs sur lesquels vous allez transférer vos photos. La différence, c’est que ces machines se trouvent à des centaines, voire des milliers de kilomètres de chez vous.

Par ailleurs, vos données ne sont pas stockées à un seul endroit, mais plusieurs: Les prestataires vous garantissent une récupération de vos données, ce qui veut dire qu’ils les dupliquent pour en avoir au moins 2 exemplaires, probablement 3.

On les trouve dans ce qu’on appelle des Datacenters: Lieux climatisés en permanence pour optimiser les performances des matériels, à l’abri des secousses sismiques et prémunis contre l’incendie, par exemple par l’injection de gaz dans la salle qui détruit l’oxygène, éteignant aussitôt l’incendie naissant en l’absence de comburant.

Évidemment, si vous avez déjà des milliers de photos, la première sauvegarde sera très, très longue. Mais bon, c’est juste une fois, après ce sera beaucoup plus rapide puisque vous mettrez vos photos sur votre espace cloud au fur et à mesure.

Je vous présente 3 prestataires, il y en a beaucoup. Faites vos propres recherches si vous le souhaitez. Sachez que vous pouvez obtenir du stockage gratuit mais limité en quantité (2 à 10 Go le plus souvent). La quantité la plus importante que j’ai pu trouver se trouve chez Mega: 15 Go gratuit, et jusqu’à 50 Go gratuits en atteignant 3 objectifs ultra-simples (installer l’appli par exemple…).

Je n’ai pas choisi de vous présenter ces 3 là par au hasard, ils ont tous les 3 un avantage certain sur les autres prestataires d’après mes recherches:

PCloud

pCloud est le petit nouveau qui se fait remarquer par ses tarifs agressifs. Tant mieux pour nous, on n’en demandait pas moins !! L’offre standard n’est pas celle que je vous recommande: 3.99€ par mois pour 500 Go (47.88€ par an). Ou encore 7.99€ par mois pour 2 To (95.88€ par an). C’est déjà pas cher, mais pCloud fait plus fort ! Lisez la suite !

Là où pCloud se démarque, c’est sur son offre à vie !! 2 formules: 175€ pour 500 Go ou 350€ pour 2 To. Vous payez une fois et c’est tout, cet espace est disponible à vie. Rapporté à 20 ans de stockage, ça fait 1€45 par mois pour 2 To.

Dropbox

Dropbox a l’avantage d’avoir été un pionnier. Son logiciel est fort simple, la version mobile aussi. Si vous utilisez un NAS Synology, il vous permet de transférer également une sauvegarde supplémentaire sur votre compte Dropbox. Royal ! En un clic vous pouvez avoir 4 versions de vos photos: 1 sur votre ordi, 2 sur votre NAS (2baies), et 1 sur Dropbox.

Joomeo

J’ai connu Joomeo à ses tout débuts, et c’était déjà prometteur. Joomeo fait plus, mais alors beaucoup plus que stocker vos photos. Si vous aimez partager, c’est Joomeo qu’il vous faut (ça sonne très pub TV ça… 😉 )

Le site est extrêmement bien fait. Passée une courte période d’adaptation, vous allez adorer. Vous pourrez créer des albums, un carnet d’adresse. Partager certains albums avec des gens que vous choisirez dans votre carnet. Vos contacts recevront un lien et pourront voir vos photos sur le site. Vous faites ce que vous voulez: L’album “Voyage en Indonésie” je le partage avec tout le monde. L’album “Week-end à Paris” avec Lisette, Bernard et Dédé. L’album “Mes petits-enfants” avec Maurice et Josiane, etc… Vous pouvez également, par exemple, créer un album “Mes préférées” ou mon “Mon futur livre photo” et piocher dans tous vos autres albums les photos que vous voulez mettre dedans. De là, vous pouvez commander un livre photo, un agrandissement pour offrir, et plein d’autres choses.

3 offres:

  • BASIC: 0€ pour 2 Go
  • FOCUS: 2,71€. Stockage illimité, mais pas possible de transférer des fichiers RAW. C’est tellement dommage ça…
  • DYNAMIC: 5,41€ par mois (64.92€ par an, c’est pas cher…). Stockage illimité, fichiers RAW compris, et plein de petits plus par rapport à la formule FOCUS.

Des logiciels gratuits

Je vous recommande des logiciels gratuits parce qu’un logiciel payant ne fera pas franchement mieux. C’est ce que j’utilise et ça va super bien comme ça !! Il en existe beaucoup, je vous en propose 2. Pourquoi ces deux-là? Parce que je les ai essayés et qu’ils font le job…

Le premier est Synbackfree, que j’ai utilisé pendant longtemps. Le second, celui que j’utilise actuellement, s’appelle Cobian backup. Il m’accompagne depuis des années et fonctionne parfaitement bien.

Vous pouvez via ces logiciels créer plusieurs types de sauvegardes. Dans le cadre de la photographie, qui a priori nous intéresse, on va juste s’intéresser à 2 sauvegardes: La complète et l’incrémentielle. Il existe aussi la différentielle, la sauvegarde à delta et d’autres.

Je préconise donc vivement une première sauvegarde complète, suivie d’un cycle de quelques sauvegardes incrémentielles. La sauvegarde incrémentielle vous permet de ne sauvegarder QUE ce qui a été modifié depuis la dernière sauvegarde.

Exemple: Je viens d’installer Cobian backup. Je fais une sauvegarde complète de toutes mes photos (sur dock, disque externe ou autre, peu importe). Ensuite je paramètre Cobian pour faire des incrémentielles. Ainsi, disons que dans 3 jours je sors faire des photos. Je les mets dans mon dossier photos habituel (avec Lightroom ou tout autre logiciel, voire même en copier-coller pour ceux qui font du JPG). A la prochaine sauvegarde, Cobian ne va pas recopier les 120 000 photos déjà sauvegardées, il ne va sauvegarder que les nouvelles. Ça ne prendra que quelques secondes au lieu de plusieurs heures. Vous pouvez dire aussi à votre logiciel: “Toutes les X sauvegardes, tu refais une complète”. Pour ma part, la complète a lieu après 10 incrémentielles. C’est donc un énorme gain de temps à la sauvegarde !!

Et pour restaurer alors?

Dans votre sauvegarde complète, vous avez toutes vos fichiers. J’en prends 3 pour l’exemple: A B et C. Aujourd’hui je modifie mes fichiers A et B, et demain mes fichiers B et C.

  • Dans ma sauvegarde complète j’aurai A B et C.
  • Dans l’incrémentielle d’aujourd’hui j’aurai seulement A et B
  • Et dans celle de demain j’aurai B et C

Pour restaurer tous mes fichiers, je vais d’abord récupérer ma sauvegarde complète: A B C, puis mon incrémentielle d’aujourd’hui pour avoir mon fichier A avec sa mise à jour, puis mon incrémentielle de demain pour avoir B et C à jour. En clair pour restaurer tous vos fichiers sans perte, il suffit de restaurer la dernière sauvegarde complète puis toutes les incrémentielles qui suivent dans l’ordre (facile, elles sont numérotées) !! Et le tour est joué, vous n’avez rien perdu !

Comment paramétrer la sauvegarde?

Pour ma part, je retouche mes photos le soir pour avoir une lumière constante dans la pièce et avoir les couleurs justes sur l’écran. Pensez à ce propos à calibrer votre écran, c’est super important !! Lisez mon article sur la calibration d’un écran, c’est impératif pour tout photographe qui se respecte 😉

Comme je bricole mes photos le soir, je sais que mon ordinateur sera allumé avant 20h, heure à laquelle je fais démarrer mes sauvegardes automatiquement. Si je dois faire à manger, m’occuper des enfants ou quoi que ce soit d’autre avant 20h, je me contente de ne pas éteindre l’ordinateur. La sauvegarde se lancera toute seule !

Une option intéressante: Je peux lancer mes sauvegardes manuellement et cocher la case “Éteindre l’ordinateur à la fin des sauvegardes“. Du coup je peux même quitter la maison sans me soucier de laisser l’ordinateur allumé.

Que faire avec tout ça?

Avec tout ça, il suffit de répondre aux 3 principes évoqués au début de l’article:

  • Une copie ne constitue pas une sauvegarde fiable
  • Délocaliser
  • Automatiser

Automatiser

L’automatisation va se faire en déléguant la sauvegarde à un logiciel (on vient d’en parler). J’ai vu des centaines de gens dans ma carrière informatique venir pleurer parce qu’ils ont perdu leurs photos de mariage, de naissance, d’enfants, de voyage, de travail. Et pourtant la plupart possédaient un disque dur externe, des CD et DVD vierges, des clés USB, etc.

La morale de cette histoire ? Ne vous faites pas confiance !! Enfin si, pour tout le reste dans votre vie, ayez confiance en vous, sauf pour la sauvegarde 😉 . On remet tous au lendemain, nous sommes d’incorrigibles procrastinateurs en matière de sauvegarde. Je me suis demandé pourquoi d’ailleurs. Et je pense simplement que la réponse vient du fait qu’on arrête de s’occuper de nos photos quand une autre tâche nous appelle: Faire à manger, aller se coucher, s’occuper des enfants, etc. Du coup on s’occupe d’une photo, on regarde sa montre ou quelqu’un appelle et… “bon, je sauvegarderai la prochaine fois…”

Alors STOP ! Terminé, on délègue à un logiciel qui va se débrouiller tout seul.

Délocaliser

2 possibilités:

  1. Utiliser un Cloud, je vous ai parlé de Dropbox, pCloud et Joomeo. A mon avis privilégiez Joomeo si vous souhaitez partager des photos avec vos proches. Il fait les 2, stockage et partage, c’est un gain de temps assuré. Et je n’ai pas parlé de l’appli mobile Joomeo pour avoir ses photos toujours sur soi… Téléchargez l’application, il y a une démo en bas de l’écran sans créer de compte.
  2. Faire des copies régulières sur un disque dur externe que vous déposez chez quelqu’un de confiance et qui n’habite pas la maison d’à côté (toujours envisager le pire…). Mais est-ce que vous allez vous y tenir? Pour le prix dérisoire, la facilité et les services rendu, je préfère largement le Cloud, mais choisissez la solution qui vous convient le mieux.

Multiplier les copies

En respectant le principe de délocalisation ci-dessus, vous pouvez opter pour diverses formules:

  • Votre ordinateur + NAS + Cloud = 3 copies (voire 4 avec un NAS en RAID 1 (mirroring))
  • Ordinateur + Disque externe + Cloud = 3 copies
  • Ordinateur + Dock + Disque(s) externe(s) ailleurs que chez vous.
  • Dock (1 disque par année c’est top) + NAS + Cloud
  • etc…

A vous d’adopter la solution qui vous convient !

Quelques trucs en plus…

Système d’exploitation

Sur MAC, utilisez le Time Machine, un outil de sauvegarde fabuleux. Vous pouvez d’ailleurs faire votre Time Machine sur votre NAS !! Sur Windows, les dernières versions intègrent l’outil “Historique des fichiers” (tapez ces mots dans le champ de recherche en bas à gauche). Simples et pratiques, ce serait dommage de ne pas utiliser ces fonctions de sauvegardes intégrées.

Un coffre-fort

C’est un ami photographe qui m’en a parlé. Je trouve l’idée pas bête du tout. Il m’a recommandé ce coffre-fort. Je pense en faire l’acquisition pour mettre mes disques durs ainsi que quelques documents précieux. Il est disponible en 14, 20, 28 et 34 litres, à partir de 58€.

sauvegarde

Une dernière sauvegarde importante

Pour ceux qui travaillent, comme moi, avec Lightroom, sauvegardez votre catalogue !! Il contient la localisation de tous vos fichiers ainsi que tous les traitements apportés à vos photos !!

La procédure est expliquée par Adobe même sur cette page.

Pour ma part, j’ai paramétré Cobian backup pour qu’il copie en plus le fichier .lrcat (le catalogue Lightroom) sur mon NAS et sur mon cloud. Aucune chance de tout perdre !!

Voilà, j’espère avoir pu vous aider dans ce très long article que j’ai voulu aussi complet que possible. Merci de le partager sur vos réseaux et de me faire part de vos commentaires !

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire