Hyperfocale: Un outil utile ?

Je vais d’abord vous expliquer en quoi consiste l’hyperfocale, puis plus loin dans cet article vous montrer comment vous en servir, en vous proposant plusieurs méthodes. Il y en aura pour les plus techniciens d’entre vous comme pour ceux qui veulent des solutions simples.

Vous n’aurez rien à calculer !!

L’hyperfocale, qu’est-ce que c’est ?

Pour ceux que ce mot effraie de prime abord, je vais vous rassurer tout de suite. Précisons donc en premier lieu que l’hyperfocale n’est pas une notion algébrique ou arithmétique compliquée, abstraite et obscure. Il s’agit tout bêtement d’une distance, qu’on exprime en mètres et en centimètres. Ça va mieux déjà hein? On parle donc souvent de “l’hyperfocale”, mais le terme exact est “distance hyperfocale“. On peut donc avoir une distance hyperfocale de 2 mètres par exemple. Ca veut dire que quand vous composerez votre photo, il faudra faire la mise au point à deux mètres… C’est tellement simple que les bras m’en tombent. Pas vous?

A quoi ça sert ?

L’hyperfocale est la distance de mise au point la plus proche permettant d’avoir une photo nette depuis la moitié de cette distance jusqu’à l’infini. Pour le dire plus simplement, elle va vous permettre d’avoir la plus grande zone nette possible. Un petit schéma, et tout sera clair pour vous.

Dans l’image ci-dessous, vous souhaiteriez que l’enfant, le chalet et les montagnes soient bien nets sur votre photo, comme ceci:

hyperfocale

Le problème est que l’enfant est très loin des montagnes. Avec une faible ouverture (par exemple f/13), vous parvenez à avoir l’enfant et le chalet net, mais les montagnes sont floues. La mise au point est faite sur l’enfant (cercle rouge), et votre zone de netteté est la zone foncée. Les montagnes ne sont pas dedans, elles sont floues.

hyperfocale

En faisant la mise au point au milieu, sur le chalet (cercle rouge), vous pourrez vous retrouver dans cette situation, pire que la première, puisque l’enfant est flou:

hyperfocale

Et bien l’hyperfocale va vous permettre de maximiser la zone de netteté pour obtenir la photo souhaitée, une photo nette du premier plan jusqu’à l’infini. Pour prendre un cas concret, dans l’image ci-dessous, tout est net du premier plan à l’infini.

Comment ça marche?

Je ne vais pas développer cette partie outre mesure, parce qu’elle ne présente d’intérêt que pour les plus curieux qui aiment tout comprendre. Je vous donne donc cette formule que vous pouvez oublier sitôt après l’avoir lue.

formule hyperfocale

H=Hyperfocale
F=focale en mm (par exemple 50mm)
N=Ouverture du diaphragme (par exemple f/8)
c=Cercle de confusion (par exemple 0.03)

Les valeurs de focale étant en millimètre, il faut diviser le résultat par 1000 pour l’avoir en mètre. Mais ça, ce sera aussi automatique avec les solutions que je vais vous proposer, car encore une fois, vous n’aurez rien à calculer.

Le cercle de confusion est propre à chaque capteur, il est par exemple de 0.03 pour un plein format 24X36, 0.015 pour un micro 4/3. Si le sujet vous intéresse, cherchez la valeur pour votre appareil, sinon passez votre chemin, je n’en parle ici qu’à titre informatif.

Cette formule nous apprend quelques petits trucs utiles si on s’amuse à remplacer les lettres par de vrais chiffres, et c’est là que les vrais conseils commencent !!

  • Plus l’ouverture est petite (par exemple f/13 ou plus), plus l’hyperfocale sera proche. Ce qui veut dire que la zone de netteté sera plus grande.
  • Plus vous utilisez une focale courte (24mm en plein format, 16mm en APS-C par exemple), plus vous augmenterez la zone de netteté également.
  • Un plus grand capteur permet (grâce au cercle de confusion), d’augmenter lui aussi la zone de netteté (mais ça ne justifie pas l’achat d’un grand capteur ceci dit).

Et concrètement, dans la pratique…

Méthode 1: L’échelle de profondeur de champ

Sur les anciens objectifs, on trouvait souvent cette échelle:

echelle de profondeur de champ

Avec ce système, rien de plus simple. Il suffit de tourner la bague pour placer le chiffre de votre ouverture (par exemple le 16 pour f/16), en face du sigle de l’infini. Il ne reste qu’à lire sur le repère “16” de gauche la distance hyperfocale correspondante, donnée en mètres (chiffres blancs en haut) et en pieds (feet en anglais, chiffres verts).

Les objectifs récents ne permettent plus d’afficher ces repères. Grâce à des améliorations techniques la course des bagues a été considérablement raccourcie et on n’a plus la place de les afficher. C’est beau le progrès…

A noter que dorénavant, certains hybrides proposent cette échelle de profondeur de champ sur l’écran. Super pratique !!

Méthode 2: La mise au point sur l’infini

Comme dit dans le titre, faites une première photo en faisant la mise au point sur l’infini: Un objet extrêmement éloigné, voire le ciel s’il est bien contrasté (nuages). Évidemment elle doit être cadrée comme votre future photo, donc vous prenez vraiment la photo qui vous plait, en faisant la mise au point le plus loin possible. Regardez votre photo sur l’écran de l’appareil, et cherchez le point net le plus proche. Il se trouvera sur la partie inférieure de la photo. Ce premier point le plus net se trouve à la distance hyperfocale !! Sans rien changer à vos réglages, refaites exactement la même photo: Faites la mise au point sur ce point le plus proche (appuyez à mi-course sur le déclencheur), recadrez votre photo et enfoncez complètement. Ce n’est pas d’une précision ultime, mais ce sera suffisant dans l’immense majorité des cas !!

Méthode 3: A l’arrache 😉

Cette méthode découle de la précédente, est approximative, mais dans l’urgence peut dépanner. Et si vous n’avez pas besoin d’une très grande précision sur une photo en particulier, ça suffira bien. Il suffit de faire la mise au point sur le tiers inférieur de votre cadrage. Si votre appareil permet d’afficher les lignes des tiers sur l’écran, vous pouvez le faire.

  • Composez votre photo sans la prendre
  • Repérez sur quel objet ou quel point se trouve la ligne des tiers inférieure
  • Faites la mise au point à cet endroit en appuyant (et en maintenant) à mi-course sur le déclencheur
  • Recadrez comme vous l’avez fait en premier lieu (sans toucher aux réglages de focale et d’ouverture) et appuyez à fond pour déclencher .

Méthode 4: Bouton testeur et viseur électronique

Si vous possédez un reflex, vous avez probablement à l’avant de votre appareil un bouton de test de profondeur de champ. Composez votre image et appuyez sur ce bouton. Vous verrez ce que donnera votre photo avec les réglages actuels. Repérez le point net le plus proche et procédez comme plus haut: Faites la mise au point à cet endroit, recadrez et déclenchez.

Sur les hybrides, c’est encore plus simple: Vous voyez en direct la profondeur de champ s’afficher sans avoir besoin d’appuyer sur le bouton (qui n’existe pas du coup 😉 )

Méthode 5: Avec une application sur smartphone

Extrêmement pratique, j’utilise pour ma part l’application PDC FACILE sur Iphone après en avoir essayé pas mal. Pour Android je vais en chercher une et je mettrai l’article à jour. Ou alors demandez-le moi en commentaire, ça me forcera à chercher plus vite 🙂 Pour PDC FACILE, il suffit de:

  • Aller dans Réglages la première fois seulement
  • Choisir votre modèle d’appareil
  • Dans PDC (pour Profondeur de Champ), choisir la focale avec laquelle vous allez photographier ainsi que l’ouverture choisie.
  • Et c’est tout, il suffit de lire le champ “Distance Hyperfocale” pour savoir ou faire la mise au point.

Faut-il utiliser l’hyperfocale ?

Oui. Ou alors non… Il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Je ne vous remercie pas de me l’avoir posée donc 😉 Chacun est absolument libre de l’utiliser ou pas. Mon avis est le suivant et tient en deux points:

  1. Puisque ça existe et que c’est facile, pourquoi ne pas l’utiliser ?
  2. Même si vous ne l’utilisez pas, il est toujours bon pour votre culture photographique de savoir que ça existe. Et si un jour vous en avez besoin, vous serez content de savoir en tirer parti.

Dans quel genre photographique est-ce utile?

Dans deux genres principalement:

La photo de paysage

La photo de paysage peut couvrir des kilomètres de distance. Si on veut un maximum de netteté partout, l’hyperfocale est la solution.

La photo de rue

L’hyperfocale permet de ne pas avoir à se soucier de la mise au point. C’est super pratique quand on a besoin d’être très réactif comme en photo de rue. J’ai abordé le sujet dans cet article.

En résumé

L’hyperfocale vous permet d’avoir une photo nette à partir de la moitié de cette distance jusqu’à l’infini: Si votre distance hyperfocale est de 3 mètres, votre photo sera nette de 1m50 à l’infini.

Choisissez une focale courte pour maximiser l’hyperfocale, par exemple 24mm en plein format, 16mm en APS-C et 12mm en micro 4/3. Rassurez-vous, ça marchera aussi si vous shootez à 50mm et pas à 24mm, mais la zone nette diminuera un peu…

Choisissez une faible ouverture, comme f/11, f/13, f/16 par exemple.

Voilà, dites-moi en commentaire si vous l’aviez déjà utilisée ou si vous comptez l’essayer prochainement !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire