Filtres photo: Lesquels sont utiles?

Des filtres photo oui, mais pas n’importe lesquels ! Je vais faire le point ici sur ce qui est utile en fonction de votre pratique et, avec un peu de chance, vous économiserez quelques dizaines d’euros en n’achetant pas ce qui peut être fait gratuitement et mieux. C’est parti…

Le filtre UV

En voilà qui pourrait être plus nocif qu’utile…

Peu d’arguments en sa faveur

Comme son nom l’indique, sa fonction première est d’empêcher certains rayons lumineux (les UV donc), de venir parasiter la qualité de vos photos. Or le si peu de correction apportée (si tant est qu’elle existe, ce dont je ne suis toujours pas convaincu du tout après essais) n’est pas à la hauteur du problème que ce filtre génère. L’argument UV n’est donc pas à retenir.

Comme son nom ne l’indique pas, ce filtre photo est censé protéger votre lentille frontale des embruns, du sable, de la poussière, des rayures, de la casse. Dans les faits, les lentilles extérieures de nos objectifs ne sont pas si fragiles que ça… Moi aussi j’ai été, à tort, un maniaque de la sécurité de la lentille extérieure, mais force est de constater que je n’ai jamais vu une lentille extérieure s’abîmer, si ce n’est à cause d’une chute de l’objectif ou du boitier.

C’est mieux sans…

Vous savez qu’un objectif est constitué d’un certains nombre de lentilles (parties en verre). Ce n’est donc pas une bonne idée de rajouter une couche supplémentaire, a fortiori si ce n’est pas un verre d’excellente qualité (ce qui est souvent le cas). Si vous regardez à travers plusieurs couches de verre, vous constaterez qu’au plus vous rajoutez des couches, au plus l’image se dégrade. C’est ce qui risque de se passer avec un filtre UV.

Un autre “pseudo-avantage” du filtre UV serait de donner des photos un peu plus contrastées. Vous me voyez arriver de loin si vous me suivez depuis un moment: Je vous ai plus que fortement recommandé depuis le début de photographier en mode RAW et non en JPG. Vous pourrez ainsi gagner en contraste sur un logiciel de retouche, même gratuit, de manière bien plus pointue qu’avec un filtre UV. L’argument est donc… bidon !

En plus de cette possible perte de netteté, vous vous exposez au risque de flare que peut générer ce genre de filtre. Le flare, ce sont ces taches lumineuses, qui, si elles peuvent être voulues, auront la fâcheuse idée de cacher une partie plus ou moins grande de votre image. Nous allons voir qu’il y a mieux que le filtre UV juste après.

Le filtre protecteur

Oublions donc le filtre UV. Et oublions aussi le filtre protecteur à l’exception de certains cas:

Si vous avez l’habitude de nettoyer votre objectif avec le côté vert de l’éponge, oui, mieux vaut avoir un filtre protecteur dessus 😉 A ce propos je vous renvoie vers mon article sur le nettoyage du matériel photo, dans lequel je vous conseillais ce genre de kit, que j’utilise moi-même:

Si vous photographiez une tempête de sable, il est sans doute préférable de perdre éventuellement un tout petit peu en qualité mais d’avoir un filtre qui prendra les impacts des grains de sable à la place de votre lentille extérieure. Le filtre protecteur pourra donc trouver son utilité en bord de mer par grand vent, dans le désert, ou a proximité de sports mécaniques provoquant des projections. Je pense au moto-cross, aux rallyes…

En guise de protection, le plus efficace reste de mettre en permanence votre pare-soleil. En cas de choc contre un mur, une barrière ou quoi que ce soit, c’est lui qui prendra. Même si une lentille ne coûte pas une fortune à remplacer, on trouve des pare-soleils pour quelques euros si on cherche bien. Ça reste un élément de protection très efficace et qu’on peut casser sans regret. De plus il vous préservera, peut-être pas à 100% mais quand même, du phénomène de flare dont on a causé plus haut.

Le filtre ND

Je vous renvoie vers mon premier article sur les filtre ND où je parle de leur utilité en photo et en vidéo ainsi que de la façon de s’en servir. Dans ce second article sur les filtre ND, je vous expliquais quels filtres ND choisir en fonction de vos besoins. Je recommandais tout particulièrement ce kit qui permet de quasi tout faire, pour un prix dérisoire, avec en prime un geste pour l’environnement de la part de la marque (GOBE). Le filtre ND permet vraiment d’aller plus loin dans sa pratique photographique et de sortir des clichés qu’aucun amateur en mode automatique ne pourra réaliser.

Le filtre polarisant

On parle aussi de “polarisant circulaire” ou “filtre cpl” si vous avez un doute… Si vous pratiquez la photo de paysage ou d’architecture, je ne saurais trop vous recommander l’acquisition d’un filtre polarisant. En effet, contrairement à d’autres filtres photo, ce que vous apporte celui-ci est impossible à reproduire en post-traitement sur un logiciel de retouche.

Son effet est double, dont l’un n’est pas d’un intérêt majeur: Saturer un peu les verts et les bleus. En paysage ce sont des couleurs que l’on accentue souvent (toujours?) un peu (trop?). Le ciel, la mer, les arbres, pelouses et autres végétaux prennent un petit coup de peps avec un filtre polarisant. Ceci dit, ce n’est pas la bonne raison pour en acheter puisque vous ferez tout ça, et de manière bien plus précise et pointue sur un logiciel de post-traitement même gratuit.

filtre polarisant
Aucun reflet sur l’eau, elle est parfaitement transparente !

Non, l’intérêt du polarisant réside dans sa capacité à réduire voire complètement éliminer les reflets non-métalliques. Sur les vitres par exemple, utile donc en photo urbaine, mais aussi sur l’eau. Ainsi, dans un cours ou une étendue d’eau peu profonde, vous parviendrez à voir le fond ! Et même si l’eau est profonde, vous verrez quelle amélioration étonnante va vous apporter un filtre polarisant.

filtre polarisant
Couleurs saturées par le filtre et disparition des reflets blancs pour mettre en valeur le reflet des arbres

Comment ça fonctionne?

C’est tout bête: un disque fixe sur un disque mobile que vous faîtes tourner jusqu’à obtenir l’effet désiré… Attention, il ne fonctionne pas si vous êtes face à la source de lumière. Il faut soit avoir le soleil (ou la source lumineuse) dans le dos, ou, idéalement, à 90 degrés par rapport à la ligne entre vous et votre sujet.

Notez que le filtre polarisant vous fait perdre quelque chose comme 2IL, qu’il suffira de compenser par un des éléments du triangle d’exposition ou votre molette de correction d’exposition. Suivez les liens pour plus de renseignements.

Soyez créatif

Comme nous l’avons vu dans mes articles sur les filtres ND, on peut cumuler les filtres sur son objectif. Expérimentez donc la pose longue avec un filtre ND associé à un filtre polarisant. Vous n’en reviendrez pas si vous n’avez jamais essayé.

filtres photo
Les nuages, l’eau… Convaincu ?

Je vous recommande ce filtre de la marque Gobe qui cotise pour replanter des arbres sur la planète. C’est également le filtre polarisant que j’utilise, donc je peux vous le recommander les yeux fermés.

Le filtre dégradé à densité neutre ou GND

Quand j’ai débuté la photo, j’ai trouvé ça super, j’en ai voulu un tout de suite pour pallier à l’un de mes problèmes principaux à l’époque: Avoir une photo de paysage bien exposée quand le ciel est très clair. Ben oui, comme tous les débutants, j’avais soit un ciel bien exposé et mon paysage tout sombre, ou alors mon paysage bien exposé et mon ciel tout blanc, cramé. Et c’est à ça que sert un filtre dégradé: Il assombrit le ciel mais pas le paysage. Le tout devenant bien équilibré en termes de lumière, il est facile de bien exposer sa photo.

Le chapitre aurait pu s’arrêter là, je vous donnais un lien vers un filtre GND de qualité et basta. Sauf que… je vous recommande de ne pas acheter de filtre dégradé. Très vite j’ai vu la limitation de ce filtre. En effet, la limite rectiligne du dégradé sur le filtre va soit assombrir une zone qui ne doit pas l’être, soit contraindre votre cadrage et votre composition. Et moi, en photo, je veux faire ce que je veux, pas ce que le filtre me dit de faire !! D’autant plus qu’on apprend vite à se dépatouiller avec ce genre de situation, car des solutions existent.

J’ai rédigé un article sur le HDR qui en est une. Puisque vous shootez en mode RAW (n’est-ce pas ???), vous aurez tout loisir de peaufiner votre photo en post-traitement de manière bien plus précise encore une fois. Dans Lightroom, comme dans d’autres logiciels, le filtre dégradé fait des miracles sur vos ciels. Et ce filtre est complètement paramétrable.

Sauf…

Si vous photographiez la mer et qu’elle est dans le cadre de gauche à droite, ça se passera bien avec le filtre GND parce que l’horizon sera plat. Il suffira alors de placer la démarcation du dégradé sur la jonction ciel/mer.

Attention, si votre composition inclut par exemple une falaise ou une colline d’un côté ou de l’autre, celles-ci, plus hautes que la mer, seront prises dans la partie assombrie du filtre, on retombera sur le problème de la contrainte évoqué ci-dessus (et je n’aime pas être contraint par le matériel). Si la photo de mer est votre thème de prédilection alors pourquoi pas, vous tirerez des bénéfices du filtre dégradé neutre. Il faudra alors choisir à l’achat le type de transition que vous souhaitez: Douce, dure ou moyenne (soft, hard, medium chez Shakespeare), ainsi que l’opacité de la partie sombre. Vous trouverez également des filtres dédiés aux couchers et levers de soleil, les filtres reverse (bof…).

Le filtre coloré

A l’heure du post-traitement facile, rapide et gratuit pour tout le monde, je ne vais pas aller conseiller l’achat de filtres qui, vous l’avez compris, permettent de donner une teinte dominante à votre photo: Orangé, bleuté, etc… Et je ne parle même pas du côté un peu ringard de ce genre de truc. C’est mon avis… Jouez plutôt subtilement sur la balance des blancs quand vous traiterez vos photos, vous aurez un résultat bien plus subtil et joli, et surtout, maitrisé et choisi !

En résumé

  • Si vous optez pour des filtres vissants (c’est mon cas), faites attention au diamètre quand vous choisissez un filtre. Choisissez le plus grand parmi vos objectifs et utilisez des bagues d’adaptation pas chères.
  • Oubliez les filtre UV et les filtres colorés.
  • Un filtre ND aura toujours son utilité en portrait, en paysage, en reportage, en urbain, en video. Même pour vos photos de vacances ! Il suffit de choisir celui qui convient à votre pratique, avec toujours ce kit comme excellent point de départ.
  • Le polarisant sera votre meilleur ami en paysage et pourra s’avérer utile en photo urbaine.
  • Le GND et le protecteur sont à choisir dans des cas bien particuliers
  • Mettez toujours votre pare-soleil.

Voilà, merci de bien vouloir partager l’article. Si vous souhaitez acquérir un filtre, merci de passer par mes liens affiliés, cela me permet de participer au financement de l’hébergement du blog et des plug-ins associés.

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire