Comment choisir un objectif photo

Tous les photographes sans exception, moi comme les autres, même ceux qui clament haut et fort que le matériel n’a pas d’importance, ce sont confrontés à ce dilemme turlupinant qui peut durer de quelques heures à…quelques mois. Choisir un objectif photo… L’offre est pléthorique. Comment s’y retrouver? Par quel bout prendre la question?

Au final, il suffit de s’y prendre avec méthode et le choix se restreint vite à quelques modèles. Ces derniers seront départagés le plus souvent par votre budget. Choisir un objectif photo n’est donc pas si compliqué qu’il n’y paraît.

Il va donc falloir procéder par étapes, chaque étape éliminant des dizaines d’objectifs.

Déterminer une focale

Je vous recommande de commencer par là. Je vois régulièrement sur Facebook des gens se poser de drôles de questions, du style, et c’est un exemple concret: “Bonjour, j’hésite entre un 35mm f/1.4 et un 70-200mm f/2.8, lequel me conseillez-vous ?”. Le matériel n’est pas primordial en photo, je suis le premier à défendre cette idée, mais il y a un minimum quand même !

Et oui, il va vous falloir déterminer votre besoin. Vous n’allez pas adapter votre pratique photo à votre matériel quand même ! Le choix d’un objectif doit se faire en fonction d’un besoin. Partant de là, vous allez considérablement réduire l’éventail des possibilités entre les milliers de modèles présents sur le marché.

Notion importante !!

A partir de maintenant et jusqu’à la fin de l’article, toutes les focales que je donnerai seront celles destinées au plein format, ou full-frame, ou 24×36. Il faudra donc faire une simple petite conversion. Si vous avez un capteur:

  • APS-C Canon, il faudra diviser ce nombre par 1,6
  • APS-C Nikon et la plupart des autres marques, il faudra diviser par 1,5 (voir votre notice si vous avez un doute)
  • micro 4/3, il faudra diviser par 2

Exemple: Si je parle de 150mm, en Full-Frame (plein format), ça voudra dire 100mm. Si vous êtes sur un APS-C Nikon il faudra “traduire” par 100mm et bien sûr sir vous êtes en micro 4/3, ça vous donnera 75mm.

Si vous avez un doute, posez-moi la question dans les commentaires, je vous aiguillerai. Cette conversion n’est pas anodine. En effet, un objectif grand angle sur un full-frame sera grand angle… Le même objectif sur un APS-C sera moins grand angle. Par un exemple un 24mm sur un plein format deviendra un 36mm sur APS-C. En revanche, cela peut être un avantage dans l’autre sens: Votre 200mm sur full-frame deviendra un 300mm, il zoomera plus ! Attention donc de toujours bien faire la conversion si vous avez un capteur APS-C ou un micro 4/3.

Photo de paysage

Si vous voulez faire de la photo de paysage, il vous faudra certainement une focale de type grand angle, de 28mm maximum. J’ai bien écrit maximum. Dans la catégorie grand angle, pour un usage et un rendu très particulier, vous trouverez les objectifs fish-eye, qui donnent la vision de la scène qu’aurait un poisson, avec beaucoup de déformations. Ce style est très prisé par certains, pour ma part je ne cours pas après, mais, comme le dit le vieil adage: Chacun ses goûts !!

choisir un objectif photo fish-eye
Fish-eye

Portrait

Si vous avez pour projet de faire du portrait et d’acquérir un objectif qui sera optimal pour cet usage, vous vous dirigerez probablement vers les standards en la matière: 50mm ou 85mm. Ceci, gardez à l’esprit que la photo de portrait ne consiste pas à simplement “photographier une tête” de plus ou moins près, on peut aussi faire du portrait avec un grand angle ou un 100mm. Ne soyons pas obtus !! Pour plus d’astuces et de conseils sur le portrait, lisez mon article !

Macro (Macrophotographie) et Proxy (Proxy-photographie)

Amateurs de macro, je vous mets en garde: Ne vous fiez pas à la dénomination de “macro” dans le nom de l’objectif. Cherchez plutôt dans les caractéristiques la distance de mise au point. 80cm, ce n’est pas un objectif macro. 30cm, oui… L’idée en macrophotographie est d’avoir un rapport de 1:1. Cela signifie qu’on prend l’objet en taille réelle, en très gros plan.

Vous trouverez des objectifs macro dans diverses focales. Si vous avez une prédilection pour la macro sur du vivant (papillons, etc…), optez pour focale assez longue: 100mm par exemple, pour rester à distance de la bestiole 😉

En proxy, on sera moins exigeant. La proxy-photographie se trouvant dans un rapport de 1:10 à 1:1, la plupart des zooms proposant une distance de mise au point correcte suffira. La proxy, pour faire simple, c’est de la photo de gros plan. Un moyen économique pour cela: la bague allonge (ou tube allonge). La bague ajoute une distance entre votre objectif et le capteur de l’appareil. Souvent livrées par 3, vous pouvez les cumuler. Pas cher, efficace… Pour Nikon. Pour Canon.

bague allonge

Photo de rue

En photo de rue, on restera le plus souvent sur des focales entre 28mm et 50mm. A ce propos, je vous renvoie vers mon article consacré à cette discipline passionnante.

Photos de sport

Le sujet est délicat puisqu’on n’aura pas la même approche en fonction du sport. Photographier un boxeur quand vous êtes au bord du ring n’a rien à voir avec les conditions pour shooter un rugbyman situé à 80 mètres… Impossible donc de définir une focale typée sport. Sur de longues distances, on pourra commencer à partir de 100mm. D’une manière générale, en sport, vu que les distances varient, l’utilisation d’un zoom sera plus appropriée. Un 24-70mm par exemple serait parfait pour les activités avec lesquelles on a une certaine proximité.

Animalier

Enfin pour de l’animalier, il vous faudra aller au-delà des 100mm, peut-être même au-delà des 200mm en fonction de ce que vous comptez photographier.

Et j’en entends qui me disent “mais moi je veux photographier un peu de tout“, selon l’expression consacrée 😉 Pour vous, pas mal de solutions, dont certaines meilleures mais plus onéreuse que d’autres.

Option “un peu de tout”

La première serait d’avoir deux zooms de qualité et complémentaires, c’est un grand standard, comme par exemple un 24-70mm associé à un 70-200mm. Avec une grande ouverture sur ces deux objectifs, vous pourrez tout faire…

Deuxième solution, un objectif trans-standard avec une très grande plage focale, par exemple le Tamron 18-270mm avec l’inconvénient que vous n’aurez pas un piqué (netteté) fantastique sur toute cette plage focale… Il sera également peu lumineux, donc moins performant en basse lumière. Tout dépend de votre niveau d’exigence en terme de qualité. Si vous ne faites que de la photo-souvenir de vacances, événements familiaux et balades dominicales sans prétention, assurément cette solution économique pourrait très bien vous convenir !

Troisième solution, un panaché de zooms et/ou de focales fixes, ce qui a été mon choix. J’utilise un équivalent de 24-80mm f/2.8, un 40mm f/1.7, un 85mm f/1.7 et un 200-600mm f/4.0-5.6.

Quatrième solution, ne prendre que des focales fixes. Je fais partie de ceux qui pensent que les focales fixes feront de vous de meilleurs photographes. J’y reviendrai certainement dans un prochain article. Une bonne idée serait ne prendre que des focales fixes de qualité avec une grande ouverture. Pour un budget contenu vous pourrez couvrir toutes les situations. Et si un cadrage ne peut être parfaitement ajusté sur le moment, il y a toujours le post-traitement, ça sert, entre autres, à ça ! Choisissez parmi ces focales 2,3,4 ou 5 objectifs: 24mm, 28mm, 35mm, 50mm, 85mm, 100mm. Certains adeptes de la focale fixe se contentent de 3 objectifs parmi ceux-là et font des photos splendides et créatives, à l’instar de nos ancêtres qui bien souvent ne possédaient qu’un appareil, avec un seul objectif. A méditer…

Zoom ou focale fixe ?

Dans le paragraphe précédent, je vous donnais mon point de vue à ce sujet. Si vous ne vous en souvenez pas, il faut consulter, c’était il y a 10 secondes !

Détaillons un peu les avantages et inconvénients de l’un et de l’autre. Sous forme de liste, ce sera plus lisible.

Caractéristiques des zooms

  • La polyvalence. Ils vous permettent de couvrir plus de situations, d’isoler des éléments rapidement
  • Ils n’ont en revanche pas une qualité d’image égale sur toute la plage focale. Selon votre niveau d’exigence, cela peut être un problème, ou pas…
  • Moins de risque de salir votre capteur en bord de mer ou par grand vent en changeant d’objectif
  • Peuvent s’avérer moins encombrants qu’un certain nombre de focales fixes (sauf si vous prenez des formats pancake)
  • Avec un trans-standard, vous pourrez vous contenter d’un seul objectif pour tout faire si vous n’êtes pas d’une grande exigence sur le piqué notamment
  • Les grandes ouvertures sur les zooms sont chères, très chères.

Caractéristiques des focales fixes

  • D’une manière générale, les focales fixes sont de meilleure qualité, avec un meilleur piqué. Attention, il s’agit d’une généralité car il existe des zooms de grande qualité si on y met le prix
  • Le prix est globalement moins cher, ceci étant dû à la quantité restreinte de matériel et de technologie embarqués. On peut trouver de grandes ouvertures à prix modique. Typiquement le 50mm f/1.8 Canon ou Nikon
  • On peut les trouver dans le format pancake (extra-plat), idéal pour voyager léger et/ou être discret, en photo de rue notamment

Définir l’ouverture

Sur les objectifs, on trouve 3 types d’ouvertures. Voilà comment ça s’écrit et ce que ça veut dire:

  • Fixe: 50mm f/1.8: F/1.8 sera l’ouverture maximale de l’objectif
  • Variable: 18-200mm f/3.5-6.3: A 18 mm, l’ouverture maximale sera f/3.5, à 200mm, vous ne pourrez plus ouvrir qu’à f/6.3.
  • Constante: 70-200mm f/2.8: A 70mm comme à 200mm et pour tous les intermédiaires, vous pourrez ouvrir jusqu’à f/2.8

Posez-vous deux questions.

Première question

La première question à vous poser est: Ai-je besoin de faire des photos dans des conditions où la lumière n’est pas bonne ? L’exemple le plus significatif étant les salles de spectacles. La scène a le plus souvent un fond obscur (voire complètement noir), la lumière étant concentrée sur un chanteur, un musicien, un danseur… Une grande ouverture sera la bienvenue car elle aura en effet pour conséquence d’apporter plus de lumière sur votre capteur, permettant ainsi d’augmenter la vitesse d’obturation pour éviter les flous de bouger. Elle pourra par ailleurs limiter une trop grande montée en ISO qui pourrait apporter du grain sur votre photo. Si vous cherchez un objectif pour faire du paysage par exemple, ne vous ruinez pas dans un objectif à très grande ouverture qui fera grimper la facture pour rien !

Deuxième question

La seconde question à vous poser est: Ai-je l’envie d’avoir la possibilité d’exploiter une très faible profondeur de champ? Par exemple, si vous faites de la photo de paysage, de montagne, d’architecture, et jamais, ou très peu, de portrait, vous pouvez de toute évidence économiser sur le prix de votre objectif en n’optant pas pour une très grande ouverture dont vous n’aurez pas l’utilité.

A titre d’exemple, à f/2.8 on peut déjà faire de très jolis flous d’arrière-plan. Et plus votre capteur sera grand, plus ce sera vrai. Pour ma part, mon appareil principal a un capteur micro 4/3. A f/2.8 j’ai de très beaux flous. De plus quand on connait la technique (tiens, ça me donne une idée d’article…) on peut favoriser et optimiser encore plus le flou d’arrière-plan et le bokeh. Oui, je sais, tout le monde confond les deux… Pourtant, ce n’est pas la même chose. J’y reviendra dans un article ultérieur. F/2.8 est donc déjà une grande ouverture. A f/3.5 et moins, vous pourrez aussi créer du flou, mais dans une moindre mesure.

Budget serré: Soyez donc raisonnable sur l’ouverture.

La stabilisation

On ne va pas se mentir, oui, c’est mieux, mais c’est aussi plus cher. La stabilisation va notamment vous permettre de photographier avec une vitesse plus lente en compensant les tremblements des mains. Ça nous concerne tous, des plus jeunes aux moins jeunes. A main levée, en-dessous de 1/60e de seconde environ, c’est flou… Évidemment ça empire si vous êtes sur un bateau ou après 3 vodkas…

Comment savoir si un objectif est stabilisé?

Très bonne question, merci de me la poser. Chaque marque a codifié les appellations de ses objectifs en ajoutant deux lettres pour signaler la stabilisation:

  • Canon: IS
  • Nikon: VR
  • Sigma: OS
  • Tamron: VC

Un dernier point, certains boitiers sont aujourd’hui dits “stabilisés”. Pour être plus précis, ce n’est pas le boitier, mais le capteur qui est stabilisé. Cette stabilisation peut être cumulée avec celle de l’objectif.

Budget serré: Si vous avez le choix entre deux objectifs similaires, l’un stabilisé et l’autre pas mais que la différence de prix est notable, économisez: Prenez le moins cher. Pourquoi? Parce qu’en vous organisant un peu, vous pourrez compenser le manque de stabilisation grâce à un trépied par exemple, un muret, le capot de la voiture ou que sais-je d’autre. C’est encore plus vrai si votre boitier est stabilisé…

La marque de l’objectif

Pour moi la stratégie est simple: A ce stade, vous devez avoir choisi une plage focale, par exemple un 24-70mm, vous savez en conséquence que vous voulez un zoom, vous avez aussi choisi une ouverture minimale. Regardez ce qui se fait dans la marque de votre appareil, et voyez les prix.

Certains détracteurs virulents, une “pseudo-élite”, pro-Nikon, pro-Canon, etc. ne veulent pas entendre parler de la concurrence qui monte, en tête de liste Tamron et Sigma. Si la qualité est encore un poil en deçà des “grandes marques”, le prix lui est souvent nettement inférieur, et la grande majorité des photographes ne verra pas la différence. N’écoutez donc pas ces “bien-pensants” peut-être bien plus fortunés que vous et comparez maintenant avec les marques alternatives (à commencer par Tamron et Sigma donc). Sachez aussi que, pour ceux qui sont concernés, Olympus et Panasonic sont complètement interchangeables d’un boitier à l’autre, pratique !! Dans cette marque alternative, voyez si Tamron par exemple fourni un objectif qui correspond à votre monture (Canon, Nikon…). Votre porte-feuille vous remerciera peut-être…

Jetez également un œil à Samyang dont les objectifs sont le plus souvent tout manuel. Je cite la marque car, si parfois leurs cailloux ne sont vraiment pas bons, il y a de bonnes choses et à prix très bas ! Un petit 24mm tout manuel et pas cher peut être une bonne façon de progresser en photo…

Aparté

Retenez ceci: Si votre photo n’est pas intéressante, vous pourrez la faire avec un objectif à 2000€, elle sera toujours aussi inintéressante !! A côté de ça, Willy Ronnis, Capa, Cartier-Bresson, Depardon sont toujours reconnus et adulés bien qu’ayant fait leur carrière sur du matériel complètement obsolète aujourd’hui !! Une photo à couper le souffle n’est JAMAIS due au fait que vous avez lâché 300€ de plus à l’achat de l’objectif…

Lire des avis

Vous avez isolé 1,2,3 modèles. Il est temps d’aller voir ce qu’en pensent les utilisateurs sur les forums par exemple. Je vous mets en garde, tous les utilisateurs n’ont pas le même niveau d’exigence !! Faites le tri parmi les avis. Certains maniaques du piqué vont zoomer à fond sur les photos (ce qui n’est pas une bonne idée…) pour juger de la netteté de l’image. Si un utilisateur imprime ses photos sur des posters de 4 mètres par 3, il pourrait juger mauvais un objectif qui sera peut-être la meilleur acquisition de votre vie… Lisez donc les avis avec discernement.

Essayer…

Histoire vécue: Si un vendeur refuse que vous puissiez essayer un objectif sur votre appareil, attendez un peu qu’un autre vendeur moins obtus passe par là. En essayant sur votre appareil (avec votre carte mémoire donc), vous pourrez juger en rentrant à la maison du piqué (mou ou pas) de l’objectif, de son homogénéité (au centre et sur les bords), de la vitesse de l’autofocus, de l’encombrement, du poids, du vignettage aux focales extrêmes, du rendu des couleurs, etc…

Conclusion

Au final, comme dans presque tout, la qualité et la performance viennent avec le prix et inversement. Ceci dit, on trouve parfois des exceptions comme le 50mm f/1.8 (lien Canon, lien Nikon). Posez-vous ces questions: “Ai-je besoin de la qualité maximale? Est-ce que je vais imprimer des posters ou juste partager mes photos sur un écran, sur Flickr ou 500px, ou encore sur mon blog photo?”

Ne cherchez pas la meilleure qualité du monde, cherchez la qualité dont VOUS avez besoin. Gardez de précieuses dizaines, voire centaines d’euros pour imprimer vos photos sur des livres photos, faire des formations, acheter un autre objectif, faire évoluer votre matériel informatique pour le post-traitement, me faire un don (si ça peut vous faire plaisir… 😉 ).

Le cas le plus fréquent

Je n’aime pas donner de modèle précis parce que le matériel évolue, les besoins et budgets sont différents, mais bon… Je vais partir du cas le plus fréquent:

Si vous débutez complètement, vous ne savez pas encore de quoi vous aurez besoin, je vous recommande donc d’opter pour un zoom de type trans-standard de type 18-200mm par exemple. Vous pourrez pratiquement tout faire avec: Du paysage en grand angle à de l’animalier ou de la photo sportive, en passant par du portrait, de la photo de rue, etc…

En complément, pour vous former à la profondeur de champ (flou d’arrière-plan, bokeh), et bénéficier d’une grande ouverture en basse luminosité, prenez donc le 50mm dont j’ai parlé ci-dessus. Son prix dérisoire en fait vraiment un très bon investissement.

Pour Canon

Pour Nikon

En micro 4/3, cet objectif très lumineux est vraiment excellent. Il s’adaptera aux boitiers Panasonic et Olympus.

Si vous avez acheté un kit standard (boitier + objectif 18-55mm), une évolution fréquente consiste à acquérir le Tamron 17-50mm f/2.8. Une ouverture constante donc, de 17mm à 50mm. De quoi passer du bon temps avec ce matériel vraiment qualitatif. Cliquez sur votre monture (Canon ou Nikon) dans la page Amazon.

Vous pourrez compléter, en fonction de votre pratique, par des lentilles fixes (35mm, 50mm, 85mm ou autres), ou encore par un téléobjectif dédié à une pratique particulière: Animalier, sport, macro…

En résumé…

Pour résumer donc, voici la procédure que je vous recommande pour choisir un objectif photo qui soit adapté à votre pratique photographique:

  • Sachez de quelle(s) focale(s) vous avez besoin. Si vous ne savez pas, continuez à économiser et n’achetez pas pour l’instant
  • Décidez si vous avez plutôt l’envie/l’utilité d’un zoom ou d’une focale fixe
  • Déterminez la plus grande ouverture indispensable à votre pratique
  • Comparez les prix dans votre marque puis dans les marques alternatives, avec et sans stabilisation
  • Lisez des avis en restant critique, en vous souvenant que vous n’êtes pas “les autres”
  • Essayez si possible
  • Tranchez en fonction de votre budget et en vous limitant à la qualité dont VOUS avez besoin et non à la meilleure qualité du marché qui ne vous apportera peut-être rien de plus…

Voilà merci de m’avoir suivi dans ce long article, partagez-le, ça me récompensera du travail fourni ! Et faites part de votre choix en commentaire !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire