Autofocus – Une astuce et un truc génial !

Tout d’abord, pour les grands débutants, une clarification s’impose peut-être. On parle ici et là tantôt d’autofocus, tantôt de mise au point automatique. Il s’agit de la même chose !

Autofocus = Mise au point automatique

Ensuite, il faut considérer deux aspects de l’autofocus qui embrouillent l’esprit du débutant. Quand vous faites une photo, vous avez deux choix à faire concernant l’autofocus. Le mode et la zone. Ça peut paraître compliqué au premier abord, mais vous allez voir c’est très simple !

  • Le mode d’autofocus consiste tout bêtement à savoir si le sujet que vous photographiez va se déplacer ou non.
  • La zone d’autofocus vous permet de décider à quel endroit votre photo doit être la plus nette.

Mode AF-S (ou One shot chez Canon) – L’autofocus ponctuel

C’est le mode le plus courant, le mode par défaut, et le mode le plus simple. Son utilisation est enfantine et même les moins agiles de leurs mains la maîtrisent après quelques essais: Dans le viseur ou sur l’écran, vous mettez votre sujet dans un ou plusieurs rectangles (verts ou de couleur neutre) en appuyant sur le déclencheur à mi-course, autrement dit sans l’enfoncer complètement. Ce(s) rectangle(s) représentent la zone d’autofocus. Un petit bip sonore retentit lorsque la mise au point a été réalisée, signifiant que ce qui a été visé sera net sur votre photo. Et tant que vous garderez le bouton à moitié enfoncé, la zone de l’image mise au point restera la zone la plus nette de votre photo, même si vous déplacez l’appareil pour changer votre composition.

Ça ne déclenche pas ?

Si l’appareil ne parvient pas à faire la mise au point, la couleur du/des rectangle(s) pourra changer (souvent rouge) et sera accompagnée d’un bip différent, souvent un peu plus long. L’appareil refusera de prendre la photo (on appelle ça la priorité au focus, ça peut se changer dans les réglages pour définir la priorité au déclenchement, mais c’est une autre histoire…). C’est le cas typique des novices en photo qui tentent de photographier quand la luminosité de la scène est faible. Ils ne comprennent souvent pas pourquoi l’appareil ne déclenche pas. Il s’agit seulement d’un autofocus qui n’a réussi à “accrocher” aucun élément. Le même phénomène peut se produire à l’inverse sur des zones extrêmement claires, lisses, sans le moindre contraste.

Ce mode d’autofocus ponctuel (AF-S ou One Shot) est utilisé dans les genres photographiques les plus pratiqués: La photo de paysage, la photo de portrait, mais aussi toute nature morte, une pomme dans son arbre, un réverbère, mémé qui fait ses mots croisés.

Si votre sujet bouge un peu, ce mode conviendra quand même bien, pas d’inquiétude.

Utilisation du mode AF-S, One shot.

La méthode la plus simple et la plus utilisée, elle fonctionne avec TOUS les appareils photos.

C’est celle dite du “mise au point – recadrage“. On y utilise uniquement le collimateur central. La zone de mise au point se trouve donc au centre. Elle se déroule en 3 étapes simplissimes:

  1. Placez votre sujet au centre de l’image. La zone de mise au point se trouve donc au centre.
  2. Déclenchez à mi-course et maintenez appuyé.
  3. Recadrez éventuellement pour mettre votre sujet là où vous le souhaitez dans la photo et appuyez à fond sur le déclencheur.

Sur la grande majorité des appareils, le collimateur central est le plus performant en termes de précision, de rapidité de mise au point, c’est une des raisons qui a rendu cette méthode populaire. Elle est efficace !!

Si vous êtes grand débutant en photographie, je vous recommande d’utiliser cette méthode jusqu’à avoir parfaitement maîtrisé l’exposition. J’ai remarqué que les novices s’embrouillent vite l’esprit en essayant de tout assimiler en même temps. C’est d’ailleurs vrai pour l’apprentissage en général, dans beaucoup d’autres domaines, comme la musique.

L’utilisation d’autres collimateurs

En fonction des marques et des modèles, vous pourrez utiliser d’autres collimateurs que celui qui se trouve au centre. Vous utiliserez donc d’autres zones d’autofocus. Impossible sur un blog de faire le tour de tout ce qui existe, mais voici quelques exemples. Il s’agit souvent de petits carrés, ou rectangles, ou rectangles avec des points à l’intérieur.

Le fonctionnement est finalement assez simple: Vous choisissez le collimateur qui se trouve sur la zone que vous voulez voir la plus nette possible sur la photo. Si vous voulez prendre le chat de mémé en photo, arrangez-vous tout simplement pour que le chat soit dans le collimateur sélectionné…

Sur un appareil entrée de gamme, vous n’aurez pas de collimateurs sur toute la surface de l’écran ou du viseur, comme ci-dessous:

autofocus

Sur les appareils plus haut de gamme et sur la plupart des hybrides, le nombre de collimateurs augmente considérablement et couvre presque entièrement la surface disponible.

Autofocus 225

Voici quelques exemples de collimateurs en vues réelles. L’appareil fera la mise au point dans tout ce qui est jaune:

Fonctions supplémentaires non-indispensables

On trouve des fonctionnalités d’autofocus particulières sur certains appareils, comme la détection du/des visage(s) et même des yeux. Est-ce bien la peine d’expliquer à quoi ça sert ? 😉 Force est de constater que ça marche pas mal du tout, et même très bien pour ceux que j’ai pu essayer. Pour ma part je continue à faire la mise au point à l’ancienne, n’étant pas très fan de tout ce qui est automatique. C’est mon choix, faites le vôtre !!

Les écrans tactiles ont apporté leur lot d’ergonomie: On touche l’endroit de la photo sur lequel on veut faire sa mise au point. Rapide et efficace. Les deux dernières photos ci-dessus montrent que l’on peut, d’un simple geste, comme sur un smartphone, agrandir ou réduire cette zone (le carré jaune).

Nikon a inventé le suivi 3D qui permet de suivre un sujet (homme ou objet) en déplacement, en le faisant passer d’un collimateur à l’autre automatiquement. Il est plus logique de l’utiliser en mode AF-C (autofocus continu) que nous allons voir juste après, puisqu’il est dédié au mouvement. A tester et adopter, ou pas, si vous êtes un nikoniste.

Le mode AF-C (ou AI Servo chez Canon) – L’autofocus continu

Dès lors qu’il y aura mouvement, comme des enfants qui jouent, un sportif, c’est le mode que vous adopterez de préférence. Le principe n’est pas compliqué: Il suffit de viser votre sujet, appuyer à mi-course et le positionner dans le cadre pour fignoler votre composition, ou attendre que le sujet se positionne lui-même. Si vous photographiez un chien qui court par exemple, ses mouvements étant peu prévisibles, vous pourrez utiliser ce mode, le déclencheur légèrement enfoncé, et déclencher quand le chien vous fait son plus beau sourire 😉

Le mode AF-A (ou AI Focus chez Canon) – L’autofocus automatique

Dans tous les cas, même si vous êtes débutant, fuyez l’autofocus automatique qui, la plupart du temps, va choisir l’objet le plus proche, ou le plus gros… C’est une sorte de mode “intelligent” qui détermine pour vous lequel des deux autres modes, ponctuel ou continu, est le plus adapté en fonction de ce que vous avez dans le viseur. Soyez maître de votre photographie, c’est vous qui savez ce que vous voulez photographier, ce n’est pas à votre appareil d’en décider.

Quand vous prenez une photo, vous devez avoir une idée en tête et ne pas laisser de place au hasard. Vous n’avez donc pas de raison de laisser l’appareil décider de quoi que ce soit…

Le risque encore une fois, est que votre appareil ne fasse pas le même choix que vous. Vous voudrez peut-être prendre en photo le chien de mémé, mais l’appareil peut décider de faire la mise au point sur le voisin qui drague mémé… Le pire pour les novices est qu’ils ne comprendront même pas pourquoi leur sujet est flou…

La technique géniale avec le bouton AF-ON (ou AF-L ou AF-Lock)

Juste pour info, on appelle cette technique le Back button Autofocus, ou, dans la langue de Molière, la mise au point par bouton arrière. Elle permet de cadrer et déclencher plus rapidement.

Beaucoup se demandent à quoi sert ce machin. Pas de mystère en fait, car pour certains ce petit bouton AF-ON qui n’a l’air de rien (sauf d’un petit bouton 😉 ) est un petit bijou une fois paramétré (il me semble qu’il ne l’est pas à l’origine, du moins pas complètement, quel que soit le modèle de l’appareil). Il permet de dissocier les fonctions de mise au point et de déclenchement.

Pour vous expliquer simplement, vous avez grâce à cela un bouton pour faire la mise au point et un bouton pour prendre la photo. Il n’y a plus de mise au point en appuyant à moitié sur le déclencheur. Et c’est… super ! Il faut reconnaître que l’idée est excellente. Je sais que quelques utilisateurs s’y étant habitués ne reviendraient en arrière pour rien au monde. Je peux en parler, je suis de ceux-là. Découvrons le fonctionnement et les avantages de cette méthode facile et utile:

Le bouton permet, entre autres, de ne plus avoir à basculer entre les modes AF-S (One Shot) et AF-C (AI Servo). Le bouton AF-ON permet de passer de l’un à l’autre en moins de temps qu’il ne faut pour y penser. Vous avez sans doute déjà vécu le genre de scène que je vais décrire. Vous voulez photographier un sujet, disons un enfant:

Sans le bouton AF-ON

  1. L’enfant bouge, vous passez en AF-C (AI Servo), pour que l’enfant soit net malgré ses mouvements.
  2. L’enfant s’arrête et prend de jolies poses. Vous passez en AF-S (One Shot) pour faire votre plus beau portrait. Le temps de refaire ce réglage et une nouvelle mise au point, l’enfant repart: Pas de portrait !
  3. Vous re-passez en AF-C ( AI Servo). Vous essayez de refaire une mise au point sur votre sujet qui bouge, pas facile…
  4. Il s’arrête maintenant pour caresser le chien de mémé. C’est le moment pour un beau portrait !! Vite vous quittez la visée, tournez votre bouton pour re-remettre le mode AF-S (One Shot), re-refaire une mise au point…
  5. … et ainsi de suite et aucune bonne photo à l’arrivée.

Avec le bouton AF-ON

  1. Si le sujet est immobile vous appuyez une fois, et tant qu’il bouge vous laissez appuyé. Terminé. Ça calme hein 😉 ?

Utilisation de AF-ON

Sur un sujet fixe, le chien de mémé qui fait dodo, il suffit de viser le toutou, appuyer une fois sur AF-ON (AF-L, AF-Lock), et c’est tout. Vous pouvez ensuite déclencher 1, 10 ou 1000 fois, la mise au point va resté figée (si vous ne bougez et ne (dé-)zoomez pas non plus évidemment).

Très utile en portrait, en photo de rue, en paysage ou en animalier, quand vous attendez que le sujet adopte une expression ou une attitude intéressante. Ça évite de rester le doigt à moitié appuyé sur le déclencheur en attendant l’instant décisif. Attente qui peut être s’avérer très longue. En photo, les secondes sont souvent précieuses, et vous gagnez ici le temps du choix du mode ET de la mise au point ! Cela évite le problème qu’on a tous rencontré plusieurs fois: On veut déclencher, mais l’autofocus patine et on foire la photo parce que l’action s’est passée le temps que l’appareil fasse la mise au point.

AF-ON permet d’être plus réactif.

Notez comme le bouton AF-ON (ou AF-L ou AF-Lock) est bien situé à l’arrière des appareils, il tombe naturellement sous le pouce. Avec le pouce, vous faites la mise au point, avec l’index vous déclenchez. Si le sujet est immobile, vous appuyez une fois avec le pouce et après vous pouvez composer 1000 photos et simplement déclencher avec l’index. Evidemment, chaque fois que vous (dé-)zoomer, il faut rappuyer un coup avec le pouce pour que l’autofocus fasse sa mise au point.

Régler son appareil pour utiliser AF-ON

Si vous n’avez pas le bouton AF-ON, la fonction peut être attribuée au bouton AE-L AF-L, ou AF/AE Lock.

  • Réglez votre appareil sur l’autofocus continu (AF-C ou AI SERVO)
  • Chez Nikon, dans le menu: Autofocus –> Activation AF –> AF-ON seulement
  • Sur un appareil Canon, dans le menu C.FnIV –> Opérations/Autres commandes personnalisées –> Activation mesure et AF –> Touche AF-ON –> Choisir AF
  • Chez Panasonic, dans le menu Personnel –> AF/AE –> AF-OUI. Puis dans Personnel –> Déclench. AF –> NON

Pour finir, une astuce qui marche sur les sujets en mouvements

Si vous n’utilisez pas AF-ON et/ou, en fonction de votre modèle d’appareil photo, il est possible que la mise au point automatique sur un sujet en mouvement ne soit pas optimale. Evidemment, d’une manière générale, plus on monte en gamme, plus l’autofocus est performant et plus il sera à même de bien suivre un sujet mobile. Possible que vous ayez un appareil entrée de gamme, ce qui, je n’ai aucun doute là-dessus, n’est pas un problème pour faire des photos intéressantes. Vous ne disposez alors peut-être pas d’un mode de suivi des sujets optimal. Peu importe, vous pouvez très bien vous en sortir en procédant comme suit:

C’est une méthode toute simple qui se résume en un mot: ANTICIPATION.

Les réglages: Au préalable pensez à vous mettre en mode rafale pour multiplier vos chances de réussite. Mettez-vous en mode AF-S (ou One shot).

Trajectoire connue

Prenons l’exemple d’un véhicule quelconque, voiture, moto ou autre, d’un coureur ou d’un passant. Vous savez où il passera dans quelques secondes. Faites la mise au point sur la route, le trottoir où votre sujet va passer et attendez, en maintenant le déclencheur à mi-course. En d’autres termes, plutôt que faire en sorte que votre appareil “trouve” votre sujet avec son autofocus, vous laissez au contraire votre sujet venir dans votre zone de mise au point !! Et ça marche même avec un appareil photo bas de gamme ou un téléphone…

Trajectoire inconnue

Si votre sujet se déplace de manière aléatoire, dé-zoomez ou prenez un peu de recul pour avoir un plan plus large, quitte à recadrer plus tard sur ordinateur. Il y a de fortes chances pour qu’il finisse par passer dans votre zone de mise au point. Je vous recommande d’utiliser une ouverture petite ou moyenne si possible, comme f/8, f/11, voire plus petit au besoin, pour optimiser votre profondeur de champ (zone de netteté).

Conclusion

L’autofocus est une raison supplémentaire pour moi de conseiller d’éviter de changer d’appareil tous les quatre matins. Déjà ça coûte cher bien sûr, et maîtriser l’autofocus de son appareil est l’un des paramètres fondamentaux en photo. Aujourd’hui, et a fortiori depuis l’arrivée des hybrides, les fonctionnalités d’autofocus se sont multipliées. Les bases sont toujours là dans toutes les marques, mais chacune y a ajouté ses réglages et ses gadgets (que rien ne vous oblige à utiliser cela dit). J’en utilise certains, d’autres pas, très peu à vrai dire…

Chaque fois que j’utilise un appareil totalement différent du mien, je dois me ré-adapter à l’autofocus. En découle une perte de réactivité et d’efficacité… Le meilleur appareil photo est celui que vous maîtrisez, je ne le répéterai jamais assez!! Je garderai encore longtemps mon boitier (s’il veut bien rester en vie) parce que je le connais sur le bout des doigts. Je n’ai pas à réfléchir sur l’autofocus, quel collimateur, comment j’accède à tel réglage. C’est vers ça qu’il vous faut tendre.

Votre appareil doit devenir le prolongement de votre bras, vous laissant l’esprit 100% disponible, dédié à la composition, au message, au sens de votre photo.

Enfin je vous encourage à essayer le mode AF-ON qui, passée peut-être une courte période d’adaptation, ne vous apportera que des bénéfices dans votre pratique.

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire