50mm. 7 bonnes raisons de le posséder.

Introduction et mise au point (quel jeu de mot 🙂 )

Vous l’avez lu et entendu partout, 50mm est la focale qui se rapproche le plus de la vision humaine. Bon, c’est complètement faux… Tous les blogueurs et youtubeurs qui vous affirment ça devraient perdre de votre confiance: Ils écrivent et parlent manifestement sans se renseigner… Est-ce que c’est un argument de vente ou quoi, je l’ignore… Après, cette légende ne fait de mal à personne, laissons-la vivre sa vie de légende, mais pour vous, en tant que photographe, c’est toujours bon de savoir que ce n’est pas le cas. Et vous pourrez recadrer le prochain qui vous fera cette affirmation.

Dans les faits, la vision humaine est d’environ 200°, ce qui correspondrait à quelque chose près à un 7mm en angle de vue. En terme d’acuité visuelle, l’œil humain n’est performant qu’au centre, sur un tout petit angle, qui correspondrait à la louche à un objectif de 1200mm. Rien à voir donc avec un 50mm, ni dans un sens ni dans l’autre.

Et même si c’était le cas? Est-ce que ça apporterait quelque chose au sens que vous voulez donner à votre photo? Sans doute pas… Pour la petite histoire, le 50mm était l’objectif originellement fourni en standard avec les boitiers, remplacé, malheureusement, par des 18-55mm le plus souvent. Vous avez remarqué, j’ai écrit “malheureusement”, parce que, vous l’avez compris, ce 50mm a du bon, et même du très bon.

50mm

Je vous explique ci-après pourquoi le 50mm devrait être votre premier achat, et pourquoi, même en tant que photographe chevronné, le 50mm doit toujours être à portée de main.

Raison 1 – Le prix

Le porte-monnaie est une préoccupation majeure des photographes, raison pour laquelle je commence par là. Oui, la photo, ça coûte cher, sauf le 50mm !! Je parle ici du modèle à l’ouverture de f/1.8. Pour une ouverture de f/1.4, il faudra environ tripler le budget pour du neuf, et le doubler pour de l’occasion. Quant à l’ouverture de f/1.2, à moins d’être très à l’aise financièrement, seuls les professionnels pourront l’amortir puisqu’il atteint allègrement les 1400 euros.

Restons donc pour l’instant sur le f/1.8, un excellent choix. La raison de son faible prix est simple: Le 50mm ne fait plus l’objet d’innovations et est amorti depuis bien longtemps. La formule optique est parfaitement au point, il n’y a rien à changer. La simplicité de la conception, l’absence d’éléments complexes expliquent aussi ce prix. Enfin, en ce qui concerne le modèle le plus connu au monde, le 50mm f/1.8 de Canon, sa carrosserie en plastique (mais tout à fait satisfaisante), réduit encore son coût.

Attention au facteur de recadrement !!

Rappelez-vous que sur APS-C, l’image est recadrée avec un facteur de 1,5 (1,6 chez Canon). C’est à dire que si vous mettez un 50mm devant un capteur APS-C, il cadrera comme un 75mm, c’est à dire que le capteur ne bénéficiera que d’une partie de l’image qui entre dans l’objectif. Si vous souhaitez obtenir un cadrage équivalent à un 50mm avec un APS-C, il vous faudra donc acquérir un 35mm. (35 X 1,5= 52,5).

Sur micro 4/3, ce que font beaucoup Olympus et Panasonic, le facteur de recadrage est de 2. Il vous faudra donc acquérir un 25mm.

En fin d’article je vous donnerai une série de liens en fonction des principales marques.

Raison 2 – La luminosité

Une grande ouverture, ça sert toujours. Tous les photographes, amateurs comme professionnels, sont confrontés régulièrement au manque de lumière. Pour le petit prix du 50mm, vous pourrez photographier en intérieur sans flash (boouuuhh, pas bien le flash…), et vous serez encore à l’aise lorsque le jour baissera fortement.

Sur l’objectif de kit 18-55mm f/3.5-5.6, à 50mm, votre ouverture maximale sera de f/5.6. Sans flash, adieu les photos en soirée, en intérieur sans lumière immonde, en salle de spectacle. Il vous faudra passer au grand angle, 18mm, ce que vous ne souhaitez sans doute pas, pour ouvrir jusqu’à f/3.5. Et f/3.5, on ne va pas se mentir, c’est pas la folie.

A titre de comparaison, entre les f/5.6 du 18-55mm et les f/1.8 du 50mm, vous gagnez un peu plus de 3 STOP (ou IL ou DIAPH ou EV, comme vous préférez. Voir l’article sur les STOP.

Gagner 3 STOP, c’est énorme !!

3 STOP, ça veut dire faire entrer 8 fois plus de lumière sur le capteur !!

Raison 3 – La qualité d’image qui découle de la luminosité…

Et oui, plus de lumière, ça veut dire la possibilité de descendre en sensibilité ISO, et ainsi vous permettre de diminuer drastiquement le bruit numérique. Si vous ne comprenez pas, lisez cet article qui vous expliquera le lien entre sensibilité ISO et netteté.

La grande luminosité vous permettra également de monter votre vitesse d’obturation. Très pratique pour éviter les flous de bouger et obtenir des photos plus nettes ! Plus le temps d’exposition est long, plus le risque d’avoir une photo floue est grand. La grande ouverture vous permettra de réduire ce temps.

Raison 4 – Le flou d’arrière-plan

50mm

Le bokeh, on en est tous (ou presque) fous. Lisez mon article sur l’ouverture pour comprendre en quoi une grande ouverture facilite grandement cet effet tant recherché par les photographes. C’est toujours une source d’émotion intense de découvrir cette nouvelle arme créative quand on s’achète un objectif à grande ouverture.

50mm

Raison 5 – La polyvalence de la focale 50mm

Paysage, photo de rue, portrait, cette focale dite “standard” permet de presque tout faire. Il est bien évident que si vous partez faire un safari photo au Kenya, ce ne sera pas votre objectif de prédilection…

Paysage

Sans grand angle, en paysage il vous faudra soigner tout particulièrement votre composition. Qui dit composition soignée dit photo de qualité, même si d’autres paramètres entrent en jeu. Trouver un angle, un premier plan d’accroche, une gestion des reliefs, des espaces, de la géométrie. Vous n’en serez plus à la facilité, dans le sens péjoratif du terme, de simplement photographier un joli paysage au grand angle. Il va falloir être créatif.

Prenez aussi ceci en compte: En paysage, l’absence de distorsion du 50mm vous permettra de faire des panoramiques somptueux. L’assemblage sera facilité par l’homogénéité de vos photos, produite par le 50mm. Pensez donc à vous munir d’un bon trépied (conseils trépieds par ici !!).

panoramique

Si vous pensez qu’on ne peut pas faire de belles photos de paysage avec un 50mm, regardez cette vidéo de Karl Taylor qui, ce jour-là, a oublié son grand angle et va shooter au 50mm. La photo qu’il a retenue se trouve à la fin.

Photo de rue, reportage

En photo de rue, il va cadrer suffisamment large pour embrasser beaucoup de scènes intéressantes. Il sera par ailleurs nettement plus discret de photographier quelqu’un avec cet objectif qu’avec un gros zoom.

50mm
photo de rue
50mm

Portrait

On peut faire d’excellents portraits au 50mm sans écraser le visage. Et si jamais vous le montez sur un APS-C, il cadrera comme un 75mm, LA focale portrait par excellence.

Avec une bague d’inversion qui ne coûte pas grand chose, vous pourrez le monter à l ‘envers et ainsi bénéficier pour le même prix d’un objectif macro !! Pas mal non? Je ne suis pas fan de macro, mais à l’occasion, ça dépanne… Les puristes de la macro s’orienteront vers un objectif dédié, tous les autres mettront, comme moi, moins de 10€ dans cette solution.

Pour Canon: C’est ici. Pour Nikon c’est par là. Chez Pentax et chez Sony.

Pensez également aux bonnettes, ces bagues-allonges qui pour un prix très modique feront évoluer votre 50mm le temps de quelques photos.

En vacances, je pars toujours avec un zoom équivalent 24-80mm et mon équivalent 50mm. Le soir j’aime bien flâner dans les rues et dans les pubs sans m’encombrer d’un gros objectif, tout en bénéficiant de l’excellente luminosité du 50mm. Ce qui m’amène au point suivant.

Raison 6 – 50mm de compacité et de légèreté

Il ne pèse pas grand-chose (dans sa version f/1.8) et prend peu de place. Clairement un atout, comme expliqué dans le paragraphe ci-dessus.

Pour partir léger, que ce soit pour une sortie, un week-end ou des vacances, c’est un “must have”. Quand il m’arrive de ne pas trop savoir si je dois prendre mon appareil ou pas, je finis par monter mon équivalent 50mm sur mon boitier micro 4/3. Le tout tient dans une poche. Je garde les mains libres, je ne suis pas chargé, mais si l’occasion se présente, je suis prêt à dégainer !

Raison 7 – Le 50mm pour progresser

Quand on ne l’a jamais pris en main, il peut être déstabilisant au premier abord. Quand on a l’habitude de rester planté là où on est ou presque et de tourner sa bague de zoom, on ne se sent pas forcément à l’aise. Et c’est là qu’il va vous faire progresser. Il va vous obliger à regarder.

Il va falloir trouver l’élément intéressant dans les scènes alentours et aller à la rencontre, ou s’éloigner, de cet élément. Ne pas pouvoir zoomer va vous forcer à aller chercher des angles et des points de vue que vous n’auriez tout bonnement pas envisagé d’explorer si vous aviez été muni d’un zoom.

C’est comme ça que naissent beaucoup, beaucoup, beaucoup de bonnes photos.

On parle souvent de l’œil du photographe. Et bien malgré vous, vous allez devoir acquérir cet œil. Simplement parce que cette focale fixe va vous y contraindre. Et si vous prenez cette habitude de chercher le bon point de vue, vous pouvez espérer la conserver quand vous aurez de nouveau un zoom en main.

Passez du temps à l’utiliser lui et rien que lui, ce sera très formateur.

50mm f/1.8, f/1.4 ou f/1.2 ?

Je n’ai jamais essayé le f/1.2. Mais à 1400€ le caillou, je sais que ce n’est pas pour moi, je ne l’amortirai jamais. Et j’ai dans l’idée que c’est pareil pour vous. En revanche j’ai possédé le f/1.8 et le f/1.4 de Canon. Pour mémoire, en neuf, le f/1.4 coûte 3 fois le prix du f/1.8. Est-ce que j’ai fait des photos 3 fois meilleures ? Certainement pas. Est-ce que ça m’a sauvé en situation de basse lumière? 2-3 fois peut-être. Mais j’aurais pu compenser avec une montée en ISO. Oui le f/1.4 est en métal, oui le f/1.8 est en plastique, mais le premier est aussi nettement plus encombrant et plus lourd. Au vu de la différence de prix, vous avez compris que je recommande fortement le f/1.8. Optez, si vous le souhaitez, pour le f/1.4 si vous faites vraiment beaucoup de photos en soirées, spectacles, concerts.

Pour ce qui est du bokeh, très honnêtement, la différence n’est pas si flagrante que ça. D’autant plus qu’une grande ouverture n’est pas le seul moyen de produire du flou d’arrière-plan. Je vous renvoie vers mon article sur le bokeh si le sujet vous intéresse.

Les 50mm ou équivalents par marque

Canon

Le f/1.8 est ici. Et voici un 35mm pas cher du tout.

Nikon

Le f/1.8. Le 35mm f/1.8.

Sony

Sony c’est par ici.

Pentax

Pentax c’est par là. Cliquez sur le premier lien qui propose le 50mm (pour le plein format) et le 35mm (pour APS-C)

Micro 4/3

Le 25mm de Panasonic. Compatible avec les Olympus. Ouverture f/1.7 !!

Le 20mm ci-dessous. C’est l’un de mes objectifs préférés. Un angle un peu plus ouvert que le 25mm ci-dessus. Extra-plat (format pancake). Qualité d’image fantastique, légèreté, discrétion, le genre d’objectif qu’on ne revend jamais.

50mm. Le bilan

Alors, le 50mm f/1.8, un must-have ? Récapitulons:

  1. Un prix très raisonnable
  2. Un énorme apport de lumière
  3. Une excellente qualité d’image
  4. L’ami des amateurs de flou d’arrière-plan
  5. Une grande polyvalence
  6. Discret et léger
  7. Un outil pour développer sa créativité

Au vu du prix du caillou et de tous les bénéfices qu’il apporte, je ne vois aucune raison de ne pas en avoir un exemplaire à portée de main. Un peu plus cher chez Pentax et en micro 4/3 certes, mais c’est un investissement de très longue durée qui en vaut vraiment la peine. Quand on voit la fiabilité du matériel en photo, on se dit que dilué sur le nombre d’années qu’il va nous servir, ça reste très raisonnable. Prenez une raquette de tennis de table de compétition, ça coûte environ 100€ par an…

Et vous, que pensez-vous du 50mm ?

Merci de partager l’article !!

Partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire